récits

La foule des Innocents

Page sombre

(Récit en cours d’écriture)

     La déroute du système financier s’accompagnait, hélas, comme toujours, de la destruction de tous les pans de la vie économique… et la foule des Innocents en payait le prix le plus élevé… Les journaux qui circulaient sur le web retransmettaient en direct les scènes de désespoir des familles qui se retrouvaient du jour au lendemain à la rue, avec, comme seul abri, les tentes que des associations de bienfaisance dressaient en toute hâte pour faire face à l’urgence humanitaire… La télé-réalité inventée à la fin du vingtième siècle inondait les écrans avec les séquences de vie filmées par des citoyens américains aux abois.

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

L’assaut final ?…

(Récit en cours d’écriture)

     On assistait à des règlements de compte, suicides et assassinats se multipliaient… Le modèle économique marchéiste, ébranlé depuis le début du millénaire par plusieurs grandes crises systémiques, risquait cette fois de ne plus s’en remettre… L’éclatement des bulles spéculatives monstrueuses qui s’étaient de nouveau reconstituées après la dernière crise venait, selon toute vraisemblance, de lancer l’assaut final..

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

 

Le vin se changeait en eau

(Récit en cours d’écriture)

     Les grands investisseurs avaient donné le la aux petits épargnants et tous, à sauve-qui-peut, essayaient de retirer leurs avoirs au moindre mal, ce qui devint vite impossible… Les chambres de compensation n’arrivaient plus à faire le lien entre les acheteurs et les vendeurs… Les titres de propriété devenaient de la fausse monnaie… Le vin se changeait en eau, l’eau au sens propre était elle-même contaminée, les gaz de schiste et la radioactivité l’avaient empoisonnée…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

 

Plus vite que la peste

Page sombre

(Récit en cours d’écriture)

     Mais les habitants de Boston se groupaient pour attaquer en justice l’Etat fédéral… et des milices se constituaient pour traquer les terroristes et faire justice elles-mêmes… La perte de confiance envers les institutions comme envers les marchés se répandait plus vite que la peste…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

As usual

(Récit en cours d’écriture)

     Seules importaient les conséquences économiques et financières de ce drame que par ailleurs les politiques cherchaient comme d’habitude à minimiser… Leur responsabilité n’était évidemment pas en cause… Comment auraient-ils pu l’éviter?… L’organisation des services de renseignement était irréprochable… Jamais, ô grand jamais, ils n’avaient commis la moindre erreur susceptible de conduire à cette situation désastreuse… Le développement du nucléaire, les guerres inconsidérées, toutes ces questions étaient évidemment hors sujet… L’épreuve commandait de se serrer les coudes et de faire bloc… Tout auteur d’un semblant de critique était accusé de faire le jeu de l’adversaire et suspecté…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

 

Pauvres d’esprit…

     Notre civilisation allait disparaître… elle emporterait dans ses décombres l’histoire de l’humanité tout entière… mais nous étions incapables de l’imaginer…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

 

Une espionne pour débusquer l’espion

     Les événements dramatiques du 13 mars mobilisaient toutes les forces des services de renseignement. La peur d’une réplique de l’attentat de Boston accélérait les enquêtes et levait certains freins. Jean-François Dutour n’eut aucun mal à faire passer Martin du statut de vraisemblable trafiquant à celui de terroriste potentiel. Mais après plusieurs mois de recherches, on n’avait toujours pas contre lui le moindre début de preuve. C’est alors que Jean-François eut l’idée de faire de moi une espionne pour débusquer l’espion en m’autorisant à lui rendre visite dans sa cellule…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

 

Pris dans la nasse

     Martin était dans le lot, pris dans la nasse. Il était sale et mal rasé comme les autres, mais avait fait l’objet d’un signalement particulier dès le premier rapport de police, en raison de son allure insolite et parce qu’il y avait dans son dossier trop de zones d’ombre… L’examen de son cas avait alors gravi tous les échelons de l’instruction jusqu’à ce que le dossier atterrisse sur le bureau du chef des services secrets, qui ne tarda pas à découvrir que le visage de Martin et le portrait-robot transmis par la police mexicaine pour la traque d’un trafiquant de drogue semblaient avoir été faits l’un pour l’autre…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

 

Une patrouille de police banale

     Martin avait été arrêté à Paris, dans un squat, pendant une patrouille de police banale (les gens s’étaient habitués aux allers et venues des uniformes dans les rues), avec une poignée de sans-abris que le voisinage immédiat ne supportait plus. Désignés à la vindicte, les clochards étaient considérés comme des délinquants en puissance qu’il fallait mettre hors d’état de nuire sans autre procès…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

 

Comme un boomerang

    Page sombre

(Récit en cours d’écriture)

     La vie se pétrifiait… Les spectres d’Hiroshima et de Nagasaki étaient dans toutes les têtes… La bombe atomique était revenue frapper comme un boomerang la puissance américaine déclinante, mais personne n’aurait songé à faire remonter jusqu’à elle la chaîne des responsabilités de ce massacre nucléaire qui était la pire épreuve de son histoire récente… L’attentat avait été rapidement revendiqué par les héritiers d’Al Quaïda et de l’Organisation de l’état islamique. Comme l’Hydre de Lerne, le fascisme terroriste islamiste avait toujours une nouvelle tête qui repoussait…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064