instants

Arpèges

Si peu
trois mots
deux silences
le soupir de la lune
l’eau claire d’une nuit d’été
la chanson douce des étoiles
du bout des doigts sur la corde d’une guitare
dans le jardin parfumé de jasmin
quelques notes en cascade
éclaboussent les passants
en riant

 

 

Le rayon vert

Merci, cher Jan :)))

Les Cosaques des Frontières

Rayonvert

Le silence est éblouissant. Nous sommes sur le toit du monde. Les sommets s’offrent à nous, innombrables et resplendissants sous la lumière dorée du crépuscule. Je pense à Julien Gracq, le géographe, à la compréhension soudaine des forces du paysage qu’il évoque à l’issue d’une escalade. Intense jubilation. Sentiment incomparable de plénitude. Je me sens immortelle. Très haut dans le ciel planent des milans noirs. Ils décrivent lentement des courbes qui s’inscrivent dans le dess(e)in divin (?). Je tourne sur moi-même, à cent-quatre-vingts degrés, plusieurs fois, très lentement. Je regarde intensément chaque sommet, chaque point du panorama, que je ne voudrais jamais oublier. Je m’efforce de graver dans ma mémoire tout ce que je vois, tout ce que je ressens. Soudain j’aperçois, incrédule, un rayonnement vert… Se peut-il? Le rayon vert vacille, laisse place à un rayonnement rouge, revient, se stabilise. Mes yeux apprivoisent la luminosité exceptionnelle du couchant à…

Voir l’article original 125 mots de plus

Douce heure

À l’ombre d’un arbre
sur un banc
ici et maintenant

petites taches de soleil sur le sol sec
bourdonnement de l’été
sans gravité

mes pensées volettent comme ce papillon blanc
au milieu de la frondaison verte
et le paradis ressemble à ce jardin

bonjour, l’éternité

Étrange allégresse

La pluie pianote à peine

tintement cristallin de la source

les larmes sont douces

lumière perlée de l’automne

derrière la vitre trois bouquets rouges

triste grisaille du jour

les couleurs rougissent en s’effaçant

 

 

 

 

Furies

 

A la surface de ma conscience

comme des herbes folles plissées par le vent

l’ampleur de leur murmure m’encercle

des bribes de phrases ondoient

qui sont ces serpents…

qui me poursuivent et me font fuir

hors de moi

Promenade du soir

212

A l’instant je marche

en traversant l’air doux

de l’automne

 

mes pas

attachés au sol

suivent le tracé du chemin

dociles et pesants

 

légèreté de mon regard

qui vole entre ciel et terre

plus librement qu’un oiseau

 

qui suis-je

pour admirer ainsi l’horizon

magnifié par le soleil

248

dans la nuit de l’Univers

point incandescent

souffle sur une allumette

Dénouement

 

Mes pensées ondoient comme de menus branchages

emportés par le courant de la rivière

où miroite le reflet de mon visage

 

Penchée sur l’eau, je flotte au-dessus de ma vie

je me prépare à me séparer de moi-même

 

 

Condition humaine

Bouddha compassionnel
sourire
de la Joconde énigmatique
mystérieux visages
qui nous dévisagent
miroirs de nos douleurs, de nos laideurs
oasis, source, eau vive des yeux tristes de l’artiste

statue, tableau, simulacres, joies et peines absurdes, étincelles

étoiles scintillantes dans une nuit sans nom

rêves de beauté, de bonté, révolte, cris vains de l’écrivain muet

d´horreur

aujourd´hui, à l’instant, horribles nouvelles du jour

« Je » s’endort

Incohérence assoupissement mots couverts mots brouillés mots rouillés

ouvertures barrées faux sens faux souvenirs labyrinthe des sens

souvenir du souvenir conscience de l’oubli oubli de la vie souvenir de la mort

la vie dans un sommeil vie fatiguée vie mortifère je m’endors

entre les fils emmêlés démêlés de ma vie empêtrée empêchée

Je  s’échappe   Je  ne peut pas se retenir   Je ne retient rien

pensées incohérentes glissent dans un trou noir tourbillon

mes yeux se ferment répétition dernières pensées

Je

se meurt…

élévation

Ricochets de la lumière
Bonheur du soir
Le rossignol chante
Si pure est la mélancolie

Si douce est la nostalgie

de cet autre monde rêvé

 

Un jour pour toujours

 

Je ferme les yeux
La tête appuyée contre mon poing fermé
Encore consciente
Pour combien de temps
Un jour je glisserai ainsi
Tout doucement je l’espère
Dans le grand sommeil inimaginable

Qui ferme la vie

A l’instant

Fil d’or

pensée noire

un rayon de soleil me cueille sur la margelle d’un puits de pensées noires

__________

J(((oi)))e

ici

éclats lumière rires maintenant

grains de poussière en suspension ensoleillés

dans l’espace entrebâillement fenêtres vides

soleil bleu horizon point à la ligne

moi point de suspension

__________

Pr O vidence

petites taches de couleur offertes

arrêtent mon regard pensées

que fait le/la jardinière

l’eau manque oh

La vie est belle

__________

Impressions d’enfance

glisse

la barque sur l’eau sillage

lignes de fuite clapotis tendre berceuse

si légère et si facile pesanteur abolie je glisse

je glisse je lisse ma vie si limpide soudain

douce ivresse des rimes des rames je m’arrime

mirages à des images de rivages

hospitaliers et enchanteurs

tendre berceuse

à l’ombre du feuillage qui miroite dans le profond de l’eau claire

Reflets jaunes

__________

Etonnement primordial

à l’instant

je vois tournoyer dans le ciel bleu

des hirondelles petites et un planeur grand

je tiens entre deux doigts une graine

poussée par le vent

il en étire les fils d’argent

j’écoute le rossignol

je regarde la nuit

la lune ronde me tend son visage étonnant

je pense au commencement

j’entends le premier cri

le mien

__________

          [Retour à l’accueil]

Envol

à l’instant

il neige

des fleurs

éphémère floraison

des cerisiers

les feuilles des hêtres

les feuilles des chênes

ont à peine commencé

de se déplier

d’autres

de quelle espèce d’arbres ?

comme des vols de papillons

ressemblent à des ailes

les points blancs

rejoignent lentement la terre

ou s’élèvent

je ne sais

???????????????????????????????

__________

Regards croisés

un sourire de la lumière dévisage soudain la fenêtre sortie de l’ombre

__________

Eden

petites fraises des bois au ras du sol

à l’ombre d’un arbre ensoleillé

abri bienfaisant de mes pensées rêveuses

ondoyantes dans l’air tiède

Points

__________

[Retour à l’accueil]

Compassion

déflagrations violentes de l’orage

aussitôt apaisées par le doux ruissellement de l’eau

sur les tempes de ma mémoire déchirée

__________

F-Estival

la lumière est dense

et danse

avec la brise légère

sur les ombres frémissantes

des feuillages frais

comme une nuit

apprivoisée

__________

17 :15

il fait nuit

mais dehors brille le soleil fossile des feuilles caduques

qui incendient encore la couronne des arbres

ou jonchent le sol en pointillés impressionnistes

le ciel est tombé sur la tête

__________

Derniers feux

givre blanc, brume blanche exaltent ce matin les mille couleurs flamboyantes de l’automne

qui n’en finissent pas de magnifier la mort avant de s’éteindre

hélas, la nuit est si profonde

__________

Géolocalisation

LA SOLITUDE

EN LATITUDE

ET

L

O

N

G

I

T

U

D

E

———-

Aube

la lumière naissante est tamisée

par un voile d’argent si fin que l’or

qui ourle chaque bord du monde inonde

le paysage de transparence blonde

entre les ailes azurées des anges

———-

Pluie de lumière

la lumière bleue du ciel

tombe drue sur le jardin

qui tend son prisme vert

———-

 

Perles

Dans l’encadrement de la fenêtre, qui découpe le paysage comme un tableau, une rangée de fines gouttelettes souligne les branchages nus.