femmes

Femmes: sommes-nous si peu nombreuses?

Un beau (double) regard sur le monde citadin et banlieusard.

trainsurtrainghv et hyacinthe46

hghomme(85)

Le croquis n’est pas du jour. Par souci de paritĂ© j’ai recherchĂ© un homme et une femme.

Je vais devoir faire une recherche sur le blog et comparer dans les personnages figurĂ©s combien d’hommes et combien de femmes et cela aprĂšs avoir fait le compte des images dans une revue (L’express du 30septembre au 6 octobre 2015) et y avoir constatĂ© ceci: sur 167 photographies (ou dessins) 19 dont celle de couverture reprĂ©sentent les deux sexes, 22 des femmes seules ou Ă  plusieurs, et 65 des hommes lĂ  aussi seuls ou en groupes. Pas de remarques sur les 61 publicitĂ©s, c’est un autre problĂšme.

La télévision nous propose des débats majoritairement masculins. Quoique cela évolue.

J’espĂšre rĂ©ceptionner demain de nouvelles lunettes , renouer avec la lecture dĂ©laissĂ©e depuis quelques temps et me consacrer Ă  des auteurs femmes. Non par fĂ©minisme mais parce que les rayons de ma petites bibliothĂšque sont


Voir l’article original 17 mots de plus

Pourquoi faut-il interdire l’excision fĂ©minine?

Entre 6000 et 7000 femmes excisĂ©es ou menacĂ©es de l’ĂȘtre vivent en Suisse. Ces chiffres ont Ă©tĂ© avancĂ©s dans un rĂ©cent rapport de l’UNICEF section Suisse, sur la base d’une enquĂȘte menĂ©e auprĂšs des gynĂ©cologues, sages-femmes, pĂ©diatres et services sociaux. Entre ces chiffres et le drame de l’excision, il existe une sĂ©rie de mesures axĂ©es sur la prĂ©vention et l’information. AppuyĂ©e en cela par l’imminente intervention de la loi, non sans faire grincer des dents. Notre dossier.

27 juin 2008: un premier procĂšs vient de sanctionner un acte de mutilation gĂ©nitale en Suisse. Un couple de somaliens reconnaĂźt avoir fait exciser leur fille de deux ans, en 1996, Ă  leur domicile Ă  Zurich. Appuyant la proposition du procureur, le MinistĂšre public avait requis, en l’endroit du couple somalien, deux ans de prison avec sursis. « Peut mieux faire », ont estimĂ© les dĂ©fenseurs des droits de la femme et de


Voir l’article original 2 307 mots de plus

Christine Lagarde, Abdallah, Charlie et les femmes

A dire d'elles

IMG_6343En dĂ©but de semaine, nous avons tous et toutes beaucoup ri et apprĂ©ciĂ© la chronique de Sophia Aram, en voile intĂ©gral, qui se moquait du « fĂ©minisme trĂšs discret » du dĂ©funt roi d’Arabie saoudite, tel que le dĂ©crivait Christine Lagarde, PrĂ©sidente du FMI : « d’une façon trĂšs discrĂšte, il Ă©tait un grand dĂ©fenseur des femmes »

Une fois avoir bien ri, le sujet a continuĂ© Ă  me trotter dans la tĂȘte. Comment, pourquoi, la prĂ©sidente d’une institution si influente dans le monde, pouvait bien vouloir dire une chose pareille ? Je ne reviens pas sur le fond des propos, Sophia Aram dĂ©crit bien les trĂšs discrĂštes avancĂ©es des droits des femmes en Arabie saoudite.

Ce qui m’intĂ©resse ici, c’est  de comprendre d’oĂč parle Lagarde, de qui elle parle et les enjeux de son propos ?

PrĂ©sidente du FMI, reprĂ©sentante du « monde libre » et surtout d’une trĂšs puissante instance mondiale de financement, elle parle du roi musulman d’un pays


Voir l’article original 247 mots de plus

Turquie – «La seule carriĂšre pour une femme est de faire des enfants»

On n'est pas des moutons

000_Par7943394_0

En Turquie, le gouvernement nĂ©o-islamiste de l’AKP du prĂ©sident Recep Tayyip Erdogan fait une nouvelle fois parler de lui par ses dĂ©clarations conservatrices sur la place de la femme. Des propos qui ont suscitĂ© de vives critiques, dont celles de la romanciĂšre Ă  succĂšs Elif Shafak. Cette fois, c’est le ministre de la SantĂ© qui a dĂ©clarĂ© que « la seule carriĂšre possible pour une femme est de faire des enfants ».

La nuit du Nouvel An est souvent propice Ă  rendre hommage au premier nouveau-nĂ© de la nouvelle annĂ©e en Turquie. C’est Ă  cette occasion que le ministre de la SantĂ©, Mehmet MĂŒezzinoglu, s’est retrouvĂ© Ă  faire la tournĂ©e des maternitĂ©s de la capitale, Ankara. Dans l’une d’elles, il a pris dans ses bras l’un des tout premiers poupons de l’annĂ©e 2015 et utilisĂ© ce prĂ©texte pour souligner que « les femmes ne doivent pas mettre au centre de


Voir l’article original 572 mots de plus

#enmarcheavecrosen : et maintenant, une date pour le SĂ©nat

A dire d'elles

DSCF6912 Rosen et un groupe de survivantes devant le SĂ©nat

Rosen à son arrivée devant le 22, rue du Colisée Rosen à son arrivée devant le 22, rue du Colisée

JournĂ©e historique que ce 12 octobre, oĂč nous avons marchĂ© avec Rosen pour l’abolition de l’esclavage sexuel, et pour que la proposition de loi sur le renforcement du systĂšme prostitutionnel, rĂ©assortie de la pĂ©nalisation des clients-prostitueurs, soit inscrite Ă  l’ordre du jour du SĂ©nat.
Rosen a Ă©tĂ© magnifique, et aprĂšs ses 800 kilomĂštres en marche jusque Paris, elle a annoncĂ© qu’elle ne repartirait pas sans une date, et qu’elle demandait Ă  voir le premier ministre Manuel Valls !

Un groupe de survivantes de la prostitution Ă©tait venu de Strasbourg pour soutenir Rosen, de nombreuses personnalitĂ©s politiques, en tĂȘte desquelles la secrĂ©taire d’Etat aux droits des femmes, se sont engagĂ©Es pour faire avancer la loi !

Voici les photos de cette journée historique et émouvante

Voir l’article original

PĂ©nalisation du client ? Les belles histoires de tonton Robert, par I.Alonso

A dire d'elles

Aujourd’hui, nous sommes plusieurs blogs fĂ©ministes et abolitionnistes Ă  diffuser simultanĂ©ment une tribune, ou plutĂŽt un analyse extrĂȘmement pertinente et juste de l’audition de Robert Badinter au SĂ©nat Ă  propos de la loi de lutte contre le renforcement du systĂšme prostitutionnel oĂč il s’oppose Ă  la pĂ©nalisation du client. A savourer, partager, et rebloguer autant que vous le souhaitez !

« Le principe de libertĂ© ne peut exiger qu’il soit libre de ne pas ĂȘtre libre. Ce n’est pas ĂȘtre libre que d’avoir la permission d’aliĂ©ner sa liberté« . 

John Stuart Mill

« La raison du plus fort est toujours la meilleure« . 

Jean de la Fontaine.

UnknownAvertissement: le texte qui suit est dĂ©libĂ©rĂ©ment empreint de la plus totale irrĂ©vĂ©rence pour MaĂźtre Robert Badinter. Pourquoi? Parce de cet homme considĂ©rĂ© comme brillant, Ă©rudit et prestigieux on est en droit d’attendre non pas qu’il soit d’accord avec des thĂšses qui ne


Voir l’article original 7 015 mots de plus

Ferrara, DSK : 3 ans aprĂšs, le dĂ©ni, toujours

A dire d'elles

X,lesangdesfemmes

C’est fort, le dĂ©ni. En 2011, au moment ou DSK a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© pour des accusations de viol et agressions sexuelles Ă  l’encontre de Nafissatou Diallo, femmes de chambre de l’hĂŽtel Sofitel de New York, il a fallu plusieurs jours et des dĂ©clarations intolĂ©rables pour que la presse pense enfin Ă  dire qu’il y avait -dans cette affaire, une victime, une femme.

GrĂące Ă  la mobilisation des fĂ©ministes et au trop plein de sexisme qui s’est manifestĂ©, on a eu ensuite l’impression d’un sursaut de quelques unEs et parfois, les mĂ©dias ont fait leur travail.
Trois ans aprĂšs, alors que DSK est toujours libre, le cinĂ©ma vient achever le travail de rĂ©visionnisme, en effaçant Ă  nouveau de l’histoire toute rĂ©fĂ©rence Ă  son sujet central : les violences sexuelles infligĂ©es aux femmes en toute impunitĂ© par les hommes en gĂ©nĂ©ral et les puissants en particulier.

Ainsi, c’est facile avec le cinĂ©ma


Voir l’article original 509 mots de plus