Contrepoint

je n’entends que le silence

je ne vois que la lumière

barrée par des obstacles qui organisent le tempo de l’ombre

 

l’équilibre des formes

la justesse des teintes

seraient moindres

sans ces quelques lignes qui redessinent l’architecture du monde

 

et le silence n’est pas obsédant

grâce aux petites notes flûtées des oiseaux alentour

 

dans ce repli immobile du temps

après les orages de l’été

avant les tempêtes de l’automne

je prends racine

 

au creux des interstices

une partition s’écrit

qui donne à lire

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s