automne

Le réel et l’inimaginable

Ce geste tendre
ta main si douce
rien ne pourra jamais l’empêcher…

Ce baiser sur le front
ton rire aux éclats
rien ne pourra jamais l’empêcher…

Nos départs à l’aurore
nos promenades paisibles
l’émerveillement partagé…

Rien ne pourra jamais l’empêcher.

Un écho, dans le coeur, répond à la beauté du monde. Les couleurs or et pourpre de l’automne, comme celles du crépuscule, magnifient l’approche de l’hiver et de la nuit.

Quand il fera noir et très froid, il faudra essayer de ne pas avoir trop peur…

 

Mortelle absence

2954783649_fe0fa55160_z

L‘eau s’écoule et je demeure meurs
je lui avais donné mon coeur
le temps s’enfuit et nos amours
je ne crois plus à son retour
sous le pont gris de nos soupirs
coule la tristesse des jours
à venir, vides à en mourir

4818117755_40060a47d1_z

La chanson est monotone
soleil noir des jours enfuis
traîtresse joie dans la nuit
son souvenir m’abandonne
caduques les promesses tombent
comme les feuilles en automne
elles m’emportent dans la tombe

16571410137_78a8c67f03_z

4173953323_5e3b60cd38_zTournez, manèges enfantins
tant que dure le bonheur
moins dur sera le destin
l’amour fait tourner les cœurs
écoutez la ritournelle
les rêveries ont des ailes
les amants n’ont pas de rancoeur

4575500295_6d1ca2e2e2_z

Les corps fatigués se frôlent
dans la ville souterraine
les fantômes jouent leur rôle
pour consoler les âmes en peine
ils vont de tunnel en tunnel
chercher l’amour éternel
mais la nuit reste souveraine

3709476429_4d9eed4bf2_zElle cueillait le jour comme une fleur
mais tu as laissé tomber son coeur
écoute la ritournelle
elle n’avait pas de rancoeur
elle cherchait l’amour éternel
les rêveries ont des ailes
le temps s’écoule aujourd’hui sans elle

Texte écrit pour les Vases communicants du 2 décembre 2016
Photos : Marie-Noëlle Bertrand

 

 

 

 

Puissance évocatrice

     De loin, sa silhouette étonne. Il est seul, paraît fragile. Sa présence absorbe l’espace, je ne vois plus que lui. Qui est-il? Je l’ignore. Je suis ici par hasard. Il continuera son chemin, je m’éloignerai de mon côté. Si je ferme les yeux, si je détourne la tête, déjà, il s’efface. Et pourtant, il est. Il est cette présence insolite qui retient la lumière, arrête le regard. Il est cette image immatérielle qui s’est fixée dans ma mémoire, cette photo prise à son insu un soir d’automne, ce vent léger qui nous caressait le visage, cette lumière un peu floue qui le rendait irréel. Il est. Il est plus que je ne saurais jamais être à moi-même. Présence pure, matérialité vivante qui a pour toujours incisé le réel, musique du monde, coeur battant de la vie. Il est ce par quoi le néant (né en) n’a pas de sens. Il est une apparition au détour de ma route. Il est cette forme un peu étrange, habillée de blanc, qui semble pouvoir s’envoler à tout moment.

Repérage

Lui qui était si économe de mots, dans cette lettre étonnamment prolixe du mois d’octobre, il s’était laissé aller à lui décrire les splendeurs du Tiergarten qui flamboyait à cette époque sous les feux de l’automne. Il disait s’y promener fréquemment le jour et s’amuser la nuit du clinquant colossal de l’avenue du « Ku’damm », qui hypnotisait la multitude des flâneurs par les néons démesurés de ses enseignes lumineuses qui paraissaient les happer comme de malheureux papillons. La vitrine du monde libre étalait ses trésors de pacotille et dressait son propre mur de verroterie pour camoufler ses tares. Il disait aussi avoir un copain militaire qui avait le privilège de se rendre souvent à l’Est. Malgré l’interdiction de communiquer avec la population, celui-ci en rapportait des impressions, des anecdotes, et qui sait, mais là, elle s’était rendu compte qu’elle s’était mise à délirer, des contacts pour Stéphane… Cette lettre du mois d’octobre avait été envoyée de l’aéroport de Tempelhof. Toutes les autres, même les cartes postales, l’avaient été de l’arrondissement du Wedding, à proximité, semblait-il, du quartier Napoléon où résidaient les militaires français.

L’avenir improbable

AURORE

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

33. Aurore, 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

32. Aube du monde, 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

31. Chemin blanc, 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

30. Soleil hivernal, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

29. Collines bleues, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

28. Mille et une nuits, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

27. Douceur du soir, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

26. (E)automne, 2014

(d’après une photo vue sur www.Photo-Paysage.com /cc by-nc-nd) 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

25. Miroitements, 2014

(d’après une photo de Bruno Monginoux/cc by-nc-nd /www.Photo-Paysage.com)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

24. Rose crépuscule, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

23. Arbre nu, 2014

@DanniSr8 : « La mélancolie est un crépuscule, la souffrance s’y fond dans une sombre joie. » Victor Hugo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

22. Embrasement, 2014

Rêverie d'été

21. Rêverie d’été, 1967

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

20. Soleil irlandais, 2014

???????????????????????????????

19. Mouillage, 2014

(d’après une photo proposée par Marie-Christine GRIMARD)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

18. Le ciel et la mer, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

17. Rivage, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

16. Océan, 2014

Aube

15. Aube, 2014

Coucher de soleil

14. Coucher de soleil, 2014

Miroitement de l'eau au crépuscule

13. Miroitement de l’eau au crépuscule, 2014

(d’après une photo originale de Mooonalila)

[Retour à l’accueil]

Ciel d'hiver

12. Ciel d’hiver, 2014

Plage de Ravenoville

11. Déclinaison, 2014

Village

10. Village, 2014

Flots

9. Flots, 2014

Paysage portuaire

8. Paysage portuaire, 2014

Route en hiver

7. Route en hiver, 2014

Falaise

6. Falaise (Pointe du Hoc), 2013

Confins

5. Confins, 2013

Front de mer

4. Front de mer, 2013

Tribord

3. Tribord, 2013

Transparence

2. Transparence, 2013

Grand vent

1. Grand vent, 2013

[Retour à l’accueil]

Étrange allégresse

La pluie pianote à peine

tintement cristallin de la source

les larmes sont douces

lumière perlée de l’automne

derrière la vitre trois bouquets rouges

triste grisaille du jour

les couleurs rougissent en s’effaçant

 

 

 

 

Promenade du soir

212

A l’instant je marche

en traversant l’air doux

de l’automne

 

mes pas

attachés au sol

suivent le tracé du chemin

dociles et pesants

 

légèreté de mon regard

qui vole entre ciel et terre

plus librement qu’un oiseau

 

qui suis-je

pour admirer ainsi l’horizon

magnifié par le soleil

248

dans la nuit de l’Univers

point incandescent

souffle sur une allumette