aube

DIFFRACTION

Atelier d’été Tiers Livre 2019

     Trains en gare files de wagons rangées de fenêtres où se penchent les voyageurs suites d’images brouillées par la vitesse la vie défile les jours se traversent comme le paysage et la nuit veilleur où en est la nuit la nuit dense la nuit profonde quand le voyage doit durer jusqu’au bout de la nuit et que de faibles lueurs renseignent le guetteur sur l’arrivée du jour fermer les yeux voir en soi des soleils se laisser emporter par le souffle de la locomotive toute puissante sursauter à chaque coup de sifflet déchirant au moment d’une arrivée en gare où en est le voyage est-ce ici qu’il faut descendre le paysage défile mais le voyageur ignore où il se trouve peut-être ici mais peut-être là comment savoir à qui demander à quel contrôleur à quel cinéaste qui est l’auteur du scénario les fenêtres du wagon se suivent comme sur la pellicule d’un film le voyageur se voit en négatif sans doute au terminus dans une grande salle de projection sans doute a-t-on le droit de visionner la totalité du film en technicolor et en trois dimensions et des scènes de vie éparses sans lien entre elles sont alors restituées peut-être même restaurées comme on le dit d’une pellicule abîmée des scènes ratées du passé se trouveraient ainsi remplacées par des scènes réussies le voyageur rêve le voyageur revoit les moments de sa vie mis en scène comme dans un film il se voit acteur sur un grand écran blanc qui se barbouille de lumière derrière les projecteurs derrière une fenêtre derrière les rideaux d’une fenêtre il regarde tomber la pluie ou la neige il est dans une chambre ou dans un grenier il ne fait que regarder lui l’acteur du film il regarde comme un simple spectateur sans doute est-ce la raison d’être de sa vie regarder contempler consigner à défaut de co-signer le scénario n’est pas de lui tout au plus essaie-t-il de changer une virgule une image un son le regard qui le relie aux gens aux choses est sans doute le fil directeur de sa vie aussi loin qu’il se souvienne les souvenirs apparaissent toujours à travers une vitre son regard traverse les vitres comme pour atteindre un point obscur à travers déjà les vitres de l’étroite fenêtre de la petite maison de briques qui abritait son enfance à travers aussi les lucarnes des chambres meublées de sa première vie d’adulte il n’a pas cessé de contempler la nuit le front collé aux carreaux de suivre des yeux la cavalcade des nuages éclairés par la lune se demandant alors qu’il n’en était qu’à l’aube de sa vie si la fin de la nuit si la fin du voyage était pour bientôt il se souvient qu’il rêvait de trains en gare ou de voyages en train il s’agissait peut-être de cauchemars de l’autre côté de la vitre ou de la vie une silhouette qu’il reconnaissait être la sienne était condamnée à une immobilité perpétuelle de voyageur éternel debout dans le couloir d’un wagon ou assis sur une banquette séparé de la nuit par l’écran d’une vitre qui projetait le reflet de son visage dans la nuit la nuit la nuit la nuit

Comme horizon, l’éternité…

     Les Vases communicants sont des échanges croisés de textes et d’images entre sites ou blogs imaginés par François Bon (Tiers Livre) et Jérôme Denis (Scriptopolis), qui ont lieu chaque premier vendredi du mois. Leur animation et la collecte des textes sont assurées par Marie-Noëlle Bertrand  après l’avoir été pendant de longues années par Brigitte Célerier puis Angèle Casanova. Marie-Noëlle m’a proposé de très belles photos entre lesquelles je n’ai pas pu choisir et qui ont chacune guidé mon envie d’improviser avec elle sous la forme de septains vers de lointains horizons. Je remercie Marie-Noëlle pour la publication de mon texte sur son blog et j’accueille ici le sien avec une profonde amitié.

***

oiseaux-noirs

E ntretenir en soi, comme merveilles,
toutes les couleurs, harmonie du monde,
la lueur d’or des couchers de soleil,
des nuages cendrés le cri dans l’onde.
la clarté au bout de la nuit profonde.
Hors les chaînes, croire en la liberté,
infinité de voies à explorer.

03_252

D ans le silence lumineux du monde,
du bruit n’être plus le diapason.
Accueillir les résonances profondes,
scruter les abîmes de déraison.
Les lointains ne sont pas seul horizon.
Voyage secret, creuser son sillon,
de chenille devenir papillon.

contemplation

L orsque le présent ne s’imprime plus,
qu’en lambeaux, le passé se désagrège ;
aux éclats de souvenirs dévolue,
la mémoire, voilée de sombre neige,
joue ses derniers tours comme sortilèges.
Inattendue, s’offre une aube nouvelle :
inespérés dialogues de dentelle.

partage

P ar l’ultime faux-pas, vie chavirée.
Otage de ton corps lâché aux chiens,
ton esprit s’est peu à peu égaré.
Perdue malgré la compagnie des tiens,
en l’espace de quelques jours de rien,
chemin de souffrance enfin achevé.
En l’éternité, calme retrouvé.

Photographies : Françoise Gérard
Septains : Marie-Noëlle Bertrand

Ne plus…

Oublier… aimer
le souffle de ce peu de brume
au petit matin
quand l’aube du monde paraît possible
et que la rosée pleure
ses pétales fanés

oublier… supplier
les tambours de la peur
pendant la tempête de la nuit
quand tous les sens du monde se brisent
et que le temple s’écroule
en écrasant les coeurs

oublier… désirer
la douceur du jour au midi de la vie
quand le ciel est pur et que la beauté du monde
semble rendre le mal irréel
comme un mauvais rêve
abolir… oublier

AURORE

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

33. Aurore, 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

32. Aube du monde, 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

31. Chemin blanc, 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

30. Soleil hivernal, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

29. Collines bleues, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

28. Mille et une nuits, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

27. Douceur du soir, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

26. (E)automne, 2014

(d’après une photo vue sur www.Photo-Paysage.com /cc by-nc-nd) 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

25. Miroitements, 2014

(d’après une photo de Bruno Monginoux/cc by-nc-nd /www.Photo-Paysage.com)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

24. Rose crépuscule, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

23. Arbre nu, 2014

@DanniSr8 : « La mélancolie est un crépuscule, la souffrance s’y fond dans une sombre joie. » Victor Hugo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

22. Embrasement, 2014

Rêverie d'été

21. Rêverie d’été, 1967

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

20. Soleil irlandais, 2014

???????????????????????????????

19. Mouillage, 2014

(d’après une photo proposée par Marie-Christine GRIMARD)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

18. Le ciel et la mer, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

17. Rivage, 2014

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

16. Océan, 2014

Aube

15. Aube, 2014

Coucher de soleil

14. Coucher de soleil, 2014

Miroitement de l'eau au crépuscule

13. Miroitement de l’eau au crépuscule, 2014

(d’après une photo originale de Mooonalila)

[Retour à l’accueil]

Ciel d'hiver

12. Ciel d’hiver, 2014

Plage de Ravenoville

11. Déclinaison, 2014

Village

10. Village, 2014

Flots

9. Flots, 2014

Paysage portuaire

8. Paysage portuaire, 2014

Route en hiver

7. Route en hiver, 2014

Falaise

6. Falaise (Pointe du Hoc), 2013

Confins

5. Confins, 2013

Front de mer

4. Front de mer, 2013

Tribord

3. Tribord, 2013

Transparence

2. Transparence, 2013

Grand vent

1. Grand vent, 2013

[Retour à l’accueil]

L’infini que nous portons en nous

Isabelle Pariente-Butterlin

 

Fragmentation. De soi.

J’ai remarqué cela. Il y a un temps de la vie où les étés sont infinis. Je me souviens de ce temps. Et de ces élans. Il ne s’est pas éloigné suffisamment pour que j’en perde le souvenir. L’oublie-t-on jamais ? La dernière journée d’école marquait le début d’un temps infini. L’été. Le retour de la rentrée, de l’automne, de la classe, la réiteration des jours, des semaines, paraissaient si lointains qu’ils en devenaient inexistants. Je me souviens de ce temps infini. Le temps infini de l’été. Il n’y avait qu’un seul jour qui se déclinait sous toutes ses formes possibles.

Je ne sais pas comment ça c’est passé, mais peu à peu l’été s’est trouvé pris s’est trouvé enserré, ainsi, étouffant, entre les fins d’année et les débuts d’année. Entre des recommencements. Des réitératons. Comme si des crochets s’étaient fichés dans le temps. Le tenaient. L’avaient arrimé solidement. Je ne les ai pas vus se planter et arracher des possibles. La métamorphose sans doute, même, m’a paru intéressante. Les liens tissés entre l’avant et l’après ont estompé l’été.

Étirement de soi.

Il était possible, aux temps de l’enfance, de s’imaginer dans un été infini. Tout disparaissait du monde hormis le soleil et les jeux de l’été. Les impressions de l’été. Tout s’effaçait hormis le sable sous les pieds et le goût du sel sur les lèvres, le goût du sel sur les doigts. L’été avait le goût du sel et la mer laissait sur la peau des filets et des entrelacs de sel, qu’on ne voulait pas abandonner comme un serment fait aux vagues de revenir le lendemain. Entrelacement de rêves et des jours et des nuits et des attentes et des possibles et de l’immense de l’océan.

Il était possible de les tisser ensemble. Rien n’échappait dans la perspective ouverte des jours aux gestes minuscules. Je me souviens de ce sel sur la peau ; il donnait la certitude de l’infini. Il était l’assurance de l’infini. Face à laquelle chaque fin d’été était une trahison. Chaque retour dans la voiture familiale un déchirement de toutes les promesses de l’aube. Chaque été se terminait par la trahison violente et sans appel de l’été.

Effacement.

Je me souviens de ce temps. Je n’ai pas osé te demander si tu avais la même certitude en partant. Si tu croyais aussi que chaque été abolissait tout ce qui n’était pas lui. Si tu regardais la mer en te disant qu’il en serait toujours ainsi. Que plus rien ne serait jamais comme avant. Que la mer emporterait retiendrait protégerait et qu’à elle, il était possible de confier l’infini que nous portons en nous. Je n’ai pas envie de te dire que j’en ai perdu la trace.

Isabelle Pariente-Butterlin _ Licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 21 mars 2012.

 

 

A l’instant

Fil d’or

pensée noire

un rayon de soleil me cueille sur la margelle d’un puits de pensées noires

__________

J(((oi)))e

ici

éclats lumière rires maintenant

grains de poussière en suspension ensoleillés

dans l’espace entrebâillement fenêtres vides

soleil bleu horizon point à la ligne

moi point de suspension

__________

Pr O vidence

petites taches de couleur offertes

arrêtent mon regard pensées

que fait le/la jardinière

l’eau manque oh

La vie est belle

__________

Impressions d’enfance

glisse

la barque sur l’eau sillage

lignes de fuite clapotis tendre berceuse

si légère et si facile pesanteur abolie je glisse

je glisse je lisse ma vie si limpide soudain

douce ivresse des rimes des rames je m’arrime

mirages à des images de rivages

hospitaliers et enchanteurs

tendre berceuse

à l’ombre du feuillage qui miroite dans le profond de l’eau claire

Reflets jaunes

__________

Etonnement primordial

à l’instant

je vois tournoyer dans le ciel bleu

des hirondelles petites et un planeur grand

je tiens entre deux doigts une graine

poussée par le vent

il en étire les fils d’argent

j’écoute le rossignol

je regarde la nuit

la lune ronde me tend son visage étonnant

je pense au commencement

j’entends le premier cri

le mien

__________

          [Retour à l’accueil]

Envol

à l’instant

il neige

des fleurs

éphémère floraison

des cerisiers

les feuilles des hêtres

les feuilles des chênes

ont à peine commencé

de se déplier

d’autres

de quelle espèce d’arbres ?

comme des vols de papillons

ressemblent à des ailes

les points blancs

rejoignent lentement la terre

ou s’élèvent

je ne sais

???????????????????????????????

__________

Regards croisés

un sourire de la lumière dévisage soudain la fenêtre sortie de l’ombre

__________

Eden

petites fraises des bois au ras du sol

à l’ombre d’un arbre ensoleillé

abri bienfaisant de mes pensées rêveuses

ondoyantes dans l’air tiède

Points

__________

[Retour à l’accueil]

Compassion

déflagrations violentes de l’orage

aussitôt apaisées par le doux ruissellement de l’eau

sur les tempes de ma mémoire déchirée

__________

F-Estival

la lumière est dense

et danse

avec la brise légère

sur les ombres frémissantes

des feuillages frais

comme une nuit

apprivoisée

__________

17 :15

il fait nuit

mais dehors brille le soleil fossile des feuilles caduques

qui incendient encore la couronne des arbres

ou jonchent le sol en pointillés impressionnistes

le ciel est tombé sur la tête

__________

Derniers feux

givre blanc, brume blanche exaltent ce matin les mille couleurs flamboyantes de l’automne

qui n’en finissent pas de magnifier la mort avant de s’éteindre

hélas, la nuit est si profonde

__________

Géolocalisation

LA SOLITUDE

EN LATITUDE

ET

L

O

N

G

I

T

U

D

E

———-

Aube

la lumière naissante est tamisée

par un voile d’argent si fin que l’or

qui ourle chaque bord du monde inonde

le paysage de transparence blonde

entre les ailes azurées des anges

———-

Pluie de lumière

la lumière bleue du ciel

tombe drue sur le jardin

qui tend son prisme vert

———-