rangement

Presque

Irruption d’un si petit fragment de réel passé dans le déroulé tranquille de mes occupations de rangement, petite feuille de papier pliée en quatre, papier chiffonné, usé, doux comme du coton, je range et je trie de vieux cartons qui m’ont été rapportés, ils viennent de mon ancienne vie, je reconnais deux ou trois objets que j’avais complètement oubliés, mais la mémoire, à leur vue, me revient immédiatement, comme c’est étrange, je les saisis entre mes mains comme la première fois, si longtemps après la première fois, face à face incroyable entre deux moi-même à des dizaines d’années de distance, voyage-retour-éclair dans le temps, oui, ce sont bien ces objets et il s’agit bien de moi, moi qui, à cette époque, il y a tellement longtemps… se peut-il?! L’amusement me gagne, je me rappelle les sentiments mêlés que m’inspiraient les personnes qui avaient l’âge que j’ai atteint aujourd’hui, je ne me sens pas si vieille, je pourrais même dire que je n’ai pas changé, je me reconnais même si… chut… ne plus, ne pas y penser, même si… il y a si longtemps, je n’aurais pas imaginé que!… Hélas… si j’avais pu ne pas… Chut! Cet immense territoire sauvage, cette jungle terrifiante dans laquelle je me suis perdue, ont été franchis, je les ai traversés et je suis ici, aujourd’hui précisément, occupée à trier et à ranger de menus objets et quelques feuillets qui me viennent de mon passé lointain avec une indéniable douceur, car… je reviens de si loin et la vie aujourd’hui est si légère, comme elle ne l’avait jamais été depuis, sans doute, les moments les plus privilégiés de mon enfance… d’où émerge soudain ce petit morceau de papier, feuillet sans importance qui, mille fois, aurait pu être froissé, jeté, déchiré, mais qui surgit aujourd’hui, à cet instant, au bout de mes doigts qui l’ont retiré d’une enveloppe où il avait été placé, où je l’avais vraisemblablement placé, jadis, au début de ma vie, pour qu’il traverse sans dommage toute cette épaisseur de temps… pour que je contemple, si longtemps après ta disparition, le tracé de ton écriture que je n’avais plus jamais eu l’occasion de lire et qui se présente à moi, aujourd’hui, comme s’il s’agissait de ta résurrection… mais tu n’es plus de ce monde et la vue de ton écriture que je reconnais entre toutes me procure une fausse joie qui me fait presque pleurer…

C’était de l’anti-matière…

Isabelle Pariente-Butterlin

 

Je comprends, non, en fait je comprends, c’est stupide, j’ai parlé de désordre, je suis entrée là, dans la chambre, j’ai cru un instant que j’hallucinais, que je n’y voyais pas clair, que ça ne pouvait pas être ça, ce que je voyais. Ça ne pouvait pas. Correspondre à ce que je voyais. Pas complètement. Pas vraiment. Il devait bien y avoir un petit décalage entre la réalité et ce que je voyais. Une vibration. Un décalage. C’est bien ce que Bergson appelle le désordre, d’ailleurs. On s’attend à un autre ordre que celui qu’on trouve. Alors on ne parvient pas à voir qu’il y en a un. C’est une théorie que tu aimerais mais je préfère ne pas t’en parler.

Ça ne pouvait pas être tout à fait ça, le réel, ta chambre … Même Bergson ne m’était pas une consolation.

Le réel de ta chambre, en miettes, en miettes de savanes, en miettes de quatre-quart, en miettes de tartines, avec un peu de confiture, de fraise, en miettes savamment éparpillées, dispersées, parsemées sur des strates, des couches, des sédiments, de vêtements, de papiers, papiers d’emballage, papiers quadrillés, froissés, déchiquetés, déchirés, on distingue des traces, une écriture, ronde, douce, la tienne, et quelques fautes d’orthographe aussi, dans les sédiments, de jolies fautes d’orthographe sédimentées, et ensuite aussi, je distingue un peu d’argent, quelques pièces, et aussi des pièces en chocolat, une carte de tes grands-parents, j’extrais consciencieusement toute chose de ce monde, je trie, sépare, organise, je remplis le panier à linge sale, je range tes chaussures, je passe l’aspirateur, tout cela s’absorbe, s’atténue, s’efface, s’estompe, disparaît sous l’effet de mon activité. Je crains la faute, le faux-pas, je crains de jeter négligemment un trésor ou un de tes manuscrits en cours reliés avec des rubans que tu as volés chez ta grand-mère.

Je retrouve le réel de ta chambre. Puis je comprends, en fait, je comprends mieux, je réalise, je recoupe les informations, les descriptions, les traces, et je comprends. C’est de l’anti-matière. Je réalise que l’effet de l’anti-matière, si c’est bien de l’anti-matière qui a abattu tous les arbres de cette immense forêt russe, est exactement celui dont je trouve les traces dans ta chambre, au milieu de tes peluches et de tes petits objets, de tes propriétés, de tes trésors, c’était de l’anti-matière. Elle a tout mis par terre, tout bouleversé, tu n’y peux rien, tu n’y es pour rien. Et quand je t’expose ma théorie quand tu reviens de l’école, tu y adhères sans réserve. Avec un bel enthousiasme qui me réchauffe le cœur. Et me convainc que je suis bien un être matériel au sens de van Inwagen. Résistant au réel et tenu dans le monde par un sourire.

 

Isabelle Pariente-Butterlin _ Licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 11 avril 2012.