Charlie

Quelques pensées au sujet d’être Paris…

sillage

Je suis Paris, tout comme j’ai été Beyrouth, et Metrojet, et … tant d’autres : le Yemen, tous les jours depuis des semaines et des mois …

Je fouille ma mémoire … je récite intérieurement une liste de drames qui s’allonge, dans le temps, et dans l’espace …

La frustration, la colère, toute la gamme des émotions, au cours de cette soirée du 13 novembre, et à chaque fois que cela se produit …

Je me souviens …


Montréal. Aéroport de Dorval. Septembre 1971.

Comme tous les autres passagers, je m’installe dans mon siège, prêt pour le départ. J’ai 23 ans. C’est ma première envolée outremer vers l’Europe, sur un vol de la BOAC. Le temps passe. Les préposés à bord se retirent. On attend toujours. Puis une voix nous annonce que le départ sera retardé. De plus, on nous demande de sortir calmement de l’avion, rangée par…

Voir l’article original 1 696 mots de plus

Vendredi noir

13/11/2015

     L’année se terminera donc en France comme elle avait commencé le 7 janvier, dans les larmes et le deuil, dans la sidération provoquée par l’assassinat délibéré de victimes innocentes qui ignoraient tout de leur destin quand elles s’étaient attablées à la terrasse des cafés ce vendredi soir-là, au début d’un week-end comme les autres qui commençait bien après la semaine habituelle de travail, ou quand elles s’étaient rendues gaiement vers cette salle de spectacle devenue le théâtre d’un crime contre l’humanité qui, s’il peut et doit être expliqué, ne peut recevoir aucune excuse, ou quand, en famille, elles goûtaient d’avance le plaisir d’assister à un match de foot amical entre les équipes de France et d’Allemagne, au stade de la Seine Saint-Denis. Comme le 7 janvier et dans les jours qui suivirent, le besoin de faire front contre l’adversité réunit tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté qui ne veulent plus jamais ça dans des rassemblements solidaires où chacun se recueille en trouvant le réconfort auprès des autres personnes présentes. Comment en est-on arrivé là? Il n’est pas juste d’opposer la réflexion à l’émotion. Celle-ci, profonde et sincère, nous engage au contraire à rechercher la vérité, au-delà des réflexes primaires suscités par la peur engendrée par de tels événements. Sommes-nous vraiment en guerre? Faut-il se laisser guider par ce vocabulaire guerrier? Quelle est la genèse de l’Etat islamique couramment appelé Daech ? Comment lutter efficacement contre lui ? Quels sont les véritables problèmes du monde ? Quels sont les rapports de force ? Quelles sont les bonnes décisions à prendre et les actions à mettre en oeuvre pour que la planète soit vivable et que nous vivions en bonne intelligence les uns avec les autres ? Un certain nombre de textes mis en ligne par des blogueurs/blogueuses ou des revues numériques nous aident dans cette nécessaire réflexion, qu’il faudra bien mener à son terme pour avoir une chance qu’en effet, nous ne revivions plus de telles horreurs.

Pétition pour la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les attentats et lois de surveillance:

Chronique

La lutte antiterroriste: changer d’orientation et renforcer les échanges diplomatiques, la négociation et la paix:

À rebours du politiquement correct, mais néanmoins intéressant…

histoireetsociete

Il y a quelque chose de fou dans l’idée actuellement dominante celle de prétendre encadrer la lutte antiterroriste par la seule répression. Vu la nécessité de la surveillance d’une croissance exponentielle des suspects un puits sans fond- la logique du système étant effectivement une croissance que la paranoïa, le non traitement des inégalités ne peuvent qu’agmenter, si en effet on admet que la relégation, le chômage de masse et le traitement par la police en ennemi intérieur ne cesseront de fournir des clients. Effet difficilement contrôlable surtout s’il s’accompagne au plan international de la poursuite de l’entente avec les meilleurs producteurs des filières djihadistes au plan international, à savoir nos alliés saoudiens et autres qataris flanqués de leurs alliés en pétrodollars, les USA.

Donc bien sûr, il faut prendre des mesures au plan intérieur pour résorber non seulement les ghettos de misère et de discrimination, mais assécher le flot au plan…

Voir l’article original 1 336 mots de plus

Les pièges de l’union nationale

Lésions politiques

Face aux crimes du fanatisme, ces derniers jours ont vu fleurir des réactions populaires spontanées qui, de rassemblements en dessins, de bougies en paroles, ont su mêler à la douleur du deuil le réconfort, l’espoir et la combativité pour des valeurs dignes d’être défendues. La société civile française, bientôt imitée partout dans le monde, a montré sa capacité de résilience. Nous avons tous ressenti le besoin de nous retrouver, de nous regarder, de nous tenir près. Et sans doute, de marcher ensemble, partout, comme une impérieuse nécessité. Mais pas dans l’« union nationale ».

Voir l’article original 1 975 mots de plus

Porte de Vincennes, un salarié de l’épicerie a caché les otages

histoireetsociete

un jour j’écoutais un débat sur la Palestine, il y avait deux camps qui s’affrontaient… Tout à coup je me suis rendue compte qu’ils étaient tous juifs, les « pour » et les « contre », j’éprouve un peu la même impression depuis le début de cette affaire de terroristes… Il y a les trois tueurs complètement fanatisés, leurs épouses qui ont l’air pas mal dans le genre, mais il y a aussi les victimes, d’abord un policier du nom d’Ahmed abattu de sang froid, puis une policière martiniquaise, victime d’une autre à la peau aussi brune qu’elle, puis le correcteur un Algérien amoureux de la culture française, Wolinski qui est juif et qui s’en fout royalement… Puis comme nous sommes un vendredi, jour de prière pour les juifs comme les musulmans, le tueur de la policière atterrit dans un magasin casher et descend quelques clients, d’autres sont sauvés par cet employé malien, musulman…

Voir l’article original 394 mots de plus

Hommages des dessinateurs du monde entier à Charlie Hebdo

La Griotte

Capture d’écran 2015-01-07 à 16.33.25

Les premiers hommages des dessinateurs du monde entier pour Charlie Hebdo. Petite sélection de ces réactions à vif. Et une pensée particulière pour Stéphane Charbonnier, alias Charb, Jean Cabut dit Cabu, Georges Wolinski, Philippe Honoré et Bernard Verlhac, connu sous le pseudo de Tignous.

Voir l’article original 101 mots de plus