attentats

Novembre 2015

    

     Mes parents faisaient partie de la génération Bataclan. Plusieurs de leurs amis se trouvaient dans la salle de spectacle au moment du massacre perpétré le 13 novembre 2015 par des « soldats » (c’est le nom qu’ils s’attribuaient, l’opinion ne voyait encore en eux que des fous) du Califat de l’Etat islamique. Ma mère aurait dû assister au concert mais elle avait été retenue en province où elle faisait un stage. Mon père, à cette époque, terminait un cycle d’étude dans une université américaine, il ne se trouvait pas à Paris. Quand ils retrouvaient leurs connaissances de l’époque, ils évoquaient souvent cette soirée d’horreur absolue. L’émotion faisait encore trembler leur voix, des larmes difficilement contenues continuaient de perler au bas de leurs paupières. Vincent et Pauline, les meilleurs d’entre eux, deux anges, avaient été tués, lâchement assassinés au nom d’Allah par des illuminés qui avaient préféré pour eux-mêmes la mort à la vie, en voulant entraîner tous les autres dans l’Apocalypse.

     Martin avait fait mine de découvrir le drame. Comment aurait-il pu ne pas être au courant? Le monde entier avait pavoisé aux couleurs de la France! Je l’avais interrogé sur ses parents, sur ce qu’il savait de leur vie. Et j’avoue que j’ai eu de nouveau du mal à le croire, ma patience, ma capacité d’absorption d’histoires à dormir debout avait des limites…

     2055

     Ecrit depuis l’avenir

Vendredi noir

13/11/2015

     L’année se terminera donc en France comme elle avait commencé le 7 janvier, dans les larmes et le deuil, dans la sidération provoquée par l’assassinat délibéré de victimes innocentes qui ignoraient tout de leur destin quand elles s’étaient attablées à la terrasse des cafés ce vendredi soir-là, au début d’un week-end comme les autres qui commençait bien après la semaine habituelle de travail, ou quand elles s’étaient rendues gaiement vers cette salle de spectacle devenue le théâtre d’un crime contre l’humanité qui, s’il peut et doit être expliqué, ne peut recevoir aucune excuse, ou quand, en famille, elles goûtaient d’avance le plaisir d’assister à un match de foot amical entre les équipes de France et d’Allemagne, au stade de la Seine Saint-Denis. Comme le 7 janvier et dans les jours qui suivirent, le besoin de faire front contre l’adversité réunit tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté qui ne veulent plus jamais ça dans des rassemblements solidaires où chacun se recueille en trouvant le réconfort auprès des autres personnes présentes. Comment en est-on arrivé là? Il n’est pas juste d’opposer la réflexion à l’émotion. Celle-ci, profonde et sincère, nous engage au contraire à rechercher la vérité, au-delà des réflexes primaires suscités par la peur engendrée par de tels événements. Sommes-nous vraiment en guerre? Faut-il se laisser guider par ce vocabulaire guerrier? Quelle est la genèse de l’Etat islamique couramment appelé Daech ? Comment lutter efficacement contre lui ? Quels sont les véritables problèmes du monde ? Quels sont les rapports de force ? Quelles sont les bonnes décisions à prendre et les actions à mettre en oeuvre pour que la planète soit vivable et que nous vivions en bonne intelligence les uns avec les autres ? Un certain nombre de textes mis en ligne par des blogueurs/blogueuses ou des revues numériques nous aident dans cette nécessaire réflexion, qu’il faudra bien mener à son terme pour avoir une chance qu’en effet, nous ne revivions plus de telles horreurs.

Pétition pour la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les attentats et lois de surveillance:

Chronique