A l’enfant prodigue

Le ciel est tendrement bleu
la lumière est si douce
loin de la ville si loin tu verras des myriades d’étoiles
quand tu viendras
le blé est doré bon sera le pain
le rouge-gorge du jardin plastronne
le panache roux de l’écureuil questionne
je n’ai pas encore vu le merle blanc
je crois qu’il t’attend lui aussi
vois comme ici tout est merveilleusement beau et bon
pour t’accueillir
ne laisse pas la saison passer
je crains l’orage

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s