1968

D’un millénaire à l’autre

Atelier d’été Tiers Livre 2019

     Le camion de déménagement est arrivé chez nous la veille du référendum sur la Constitution de la cinquième République. L’école ne reprenait que le premier octobre. Pendant les vacances, j’avais aidé mon père à transformer le grenier en chambre pour que mes parents puissent dormir dans celle que j’occupais avec mon frère et laisser la leur, plus grande, à ma grand-mère. J’étais impatiente de l’accueillir mais elle n’était pas dans le camion, elle avait pris l’autobus. Dès que je l’ai vue arriver à pied au bout de la rue, je suis allée à sa rencontre. Elle avait les yeux rouges et se demandait si ses meubles étaient arrivés en bon état. Le lendemain, elle a préféré ne pas nous accompagner au bureau de vote puisqu’elle n’était pas encore inscrite dans les registres. Elle a poursuivi son installation. Elle poussait souvent des soupirs et prononçait parfois des mots flamands que je ne comprenais pas. Elle a continué de vieillir et moi de grandir… Dix ans plus tard, le 27 septembre 1968, je suis allée voir 2001, l’Odyssée de l’espace. Je n’étais pas loin de me considérer moi-même comme une extra-terrestre, décalée en tout… Mais j’avais dix-sept ans, je n’avais pas l’âge des Grands Anciens, et j’espérais que d’ici 2001, je serais satisfaite de ma vie, ce qui avait été le cas le 27 septembre 1977 au moment de la naissance de mon premier enfant, j’étais optimiste et pleine d’enthousiasme!… Je ne sais plus ce que je faisais le 27 septembre 1983, mais ce jour-là, Richard Stallman lance le projet GNU – GNU’s Not UNIX – auprès de la communauté hacker pour développer un système d’exploitation et des logiciels libres, et je me souviens que cette année-là, j’ai commencé à balbutier mes premiers textes sur un clavier d’ordinateur. Le 27 septembre 1998, date de naissance choisie par Google pour fêter l’anniversaire de sa création, j’écris les premiers mots d’un texte qui sera publié en février 2001, et le web m’aidera à connaître d’autres auteur-es/lecteurs, lectrices. Beaucoup plus tard, au cours d’une promenade sur une plage du littoral de la Manche, j’éprouve le besoin de dessiner la mer, et le 27 septembre 2013, j’achète des bâtonnets de pastel. Le même jour, je retrouve dans un tiroir quelques très vieux dessins que j’avais faits dans les années soixante… En septembre 1964, peut-être bien le 27 car c’était peu de temps après la rentrée des classes qui avait eu lieu le 16, je me souviens de ma perplexité devant le sujet de rédaction : « Comment imaginez-vous l’an 2000? »… Une sorte d’effroi devant le cours du temps qui se dévide me saisit aujourd’hui, 27 septembre 2019, à la pensée que le 27 septembre 2000, huit mois pourtant avant la date fatidique de mon anniversaire, je me suis trouvée plongée dans une perplexité presque identique à celle que j’avais éprouvée autrefois devant la page blanche, en m’étonnant d’avoir bientôt cinquante ans… Je n’avais rien maîtrisé, sauf la naissance de mes enfants, mais j’observais quelques constantes au cours de ces cinq décennies de ma vie, dont une sensibilité très forte aux questions sociales et environnementales. Enfant, quand j’accompagnais mon frère pour l’aider à ramasser des douilles qu’il échangeait avec d’autres bouts de ferraille contre de la menue monnaie pour acheter des bonbons, le sol grouillait de vers de terre… leur disparition, selon Hubert Reeves, est un phénomène aussi inquiétant que la fonte des glaces! En écrivant ces lignes, je participe de loin, grâce aux réseaux sociaux, à l’énorme manifestation qui se déroule à Montréal pour clore la semaine de grève générale et mondiale qui a été organisée, du 20 au 27 septembre, dans le sillage de Greta Thunberg, pour que cesse l’inaction des responsables politiques contre le dérèglement climatique…

Entre deux pannes de courant

  Page sombre

     A presque soixante-dix ans, ma grand-mère France retrouvait l’énergie de ses vingt ans pour apporter sa pierre aux nouvelles générations qui cherchaient désespérément à tourner la page du vieux monde que les puissants défendaient par tous les moyens et sans états d’âme, en profitant de l’état d’urgence, pour conserver leurs privilèges exorbitants. A la mort de France, en 2033, j’avais seulement dix-sept ans. Quelques degrés supplémentaires avaient été franchis dans la progression conjointe de la terreur nucléaire et de la répression policière. L’avenir qui s’ouvrait devant moi semblait aux antipodes de celui que France avait pu espérer au même âge, en 1968. Je n’ai pas vraiment saisi le relais qu’elle me tendait. Mes petites forces ajoutées à celles des autres résistants n’auraient certes pas modifié le cours fatal des choses, du moins n’aurais-je pas, entre-temps, perdu ma vie en divertissements, mensonges et futilités! Je l’ai trahie sans le vouloir explicitement, par omission, paresse ou lâcheté, comme nous trahissons tous, la plupart du temps, nos aspirations les plus profondes… Ironie de la situation, c’est en fouillant dans les profondeurs gelées d’un univers mort que je prends aujourd’hui la mesure des enjeux pour lesquels s’engageaient des gens comme France. Le web a gardé dans ses entrailles les traces de leur combat. Je n’ai qu’à tendre la main pour remonter de mes explorations numériques dans les tréfonds de la Toile, entre deux pannes de courant, une mine d’informations qui m’échappaient complètement à l’époque…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

    

Halte à la croissance?

    

(fiction en cours d’écriture)

     France avait eu vingt ans en 1971, alors que le Club de Rome, un groupe de réflexion précurseur constitué de personnalités de très haut niveau dans les domaines scientifiques, politiques et des affaires, qui s’était créé le 8 avril 1968, allait publier son premier rapport, en 1972, The Limits to Growth. Traduit en Français avec le titre Halte à la croissance?, il eut un retentissement mondial. On y parlait pour la première fois de développement durable et d’empreinte écologique. Or, les pays développés venaient de connaître un cycle de croissance ininterrompue (les Trente glorieuses) qui laissait penser que l’expansion serait sans limite. Les esprits n’étaient pas disposés à recevoir des avertissements qui impliquaient tant de remises en question… Il n’empêche. Les premières pierres de l’écologie politique étaient posées. Par ailleurs, en 1971, débutait la première crise mondiale des prix du pétrole, déclenchée par l’abandon des accords de Bretton Woods et le plafonnement de la production aux Etats-Unis, dont l’épuisement des réserves exploitables devenait préoccupant. L’idée qu’il fallait économiser l’énergie commençait à émerger. Habituées à un pétrole bon marché, les opinions publiques en prirent soudainement conscience en 1973, pendant la guerre du Kippour, quand les pays arabes membres de l’OPEP, en représailles contre l’Occident, augmentèrent le prix du baril de brut de 70% avant d’imposer un embargo sur les livraisons qui avait frappé les esprits en accélérant l’envolée des prix, multipliés par quatre en à peine un an.

     A vingt ans, France avait la vie devant elle et toutes les raisons de se sentir optimiste. La pensée écologique allait prendre son essor en réconciliant des points de vue contradictoires, car la préservation des ressources de la planète impliquait l’attention aux autres et la justice. Ce sont ces aspirations naissantes que le premier candidat écologiste à l’élection présidentielle française avait réunies sur son nom, en 1974: René Dumont était un ingénieur agronome connu pour son combat contre le productivisme des pays riches et pour le développement rural des pays pauvres, qui avait publié en 1962 L’Afrique noire est mal partie et, en 1973,  L’Utopie ou la mort!… France avait évidemment voté pour lui. Les dés étaient lancés, l’avenir aurait les couleurs vertes de l’espérance et donc de l’écologie…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064