Sollicitude

Le train était vide et sans conducteur

long

sinueux comme un serpent

la tête chercheuse

la brume amortissait ses sifflements préhistoriques

comme pour absorber la mort

ou enfouir la peur

vers le visage d’un voyageur assis en face

ma main, timide

esquissa un geste

comme pour essuyer son cauchemar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s