spectacle

La braderie

Atelier d’écriture Tiers Livre de François Bon

     La braderie! C’est la grande braderie! Les trottoirs se couvrent d’étals, les étals accueillent des monceaux d’objets, les passants se pressent dans les allées, les vendeurs bradent, les acheteurs marchandent, les camelots haussent la voix, les bateleurs font le spectacle, la foule bigarrée devient spectacle, la mise en scène se répète, les uns bradent, les objets de la vie courante comme les souvenirs, les vieux albums comme les vieilles cafetières, les mécanismes bien huilés d’une jolie boîte à musique ou d’une horloge comme les tas de ferraille qui les cachent, les pièces d’or oubliées dans une enveloppe comme les coussins éventrés dans lesquels la main de quelqu’un ou de quelqu’une les avait un jour glissées, tout est à brader, le superflu, l’inutile ou le trop vieux, le laid, le joli, l’insolite ou l’informe, et les autres regardent, palpent, soupèsent, auscultent, respirent, opinent, discutent le prix, s’en vont, reviennent, tergiversent, concluent, emportent l’objet devenu finalement indispensable, utile ou seulement capable, humblement, de recevoir une seconde vie… Une lunette céleste pourrait voir l’ensemble de la toile tissée par les fils qui relient chaque objet aux différentes personnes qui en ont disposé depuis sa fabrication, et, si l’entre-deux-guerres, les années folles et la Belle Époque sont en général l’horizon le plus reculé des antiquités bradées, ce sont les foires du Moyen-Age que l’observateur céleste retrouve dans les allées de la braderie!… Entre la masse verticale d’un brocanteur aux moustaches tombantes à la Gauloise et l’éclat oblique d’un reflet du soleil sur la paroi ventrue d’un gros vase se faufile soudain une petite ombre, comme un farfadet… Il fait beau, la foule est de plus en plus nombreuse, les couleurs des vêtements se mêlent en un patchwork joyeux, des musiciens, amateurs ou saltimbanques, rythment les pas et font swinguer les corps, des ballons en baudruche s’échappent des mains qui les retiennent par un fil, leur envol fait fleurir le ciel, un petit nuage blanc solitaire semble ponctuer le texte d’une banderole que traîne un petit avion pétaradant, l’air est limpide et ondoie légèrement comme l’eau pure d’un lac, des odeurs de gaufres et de barbe à papa titillent les narines, les flonflons d’un manège installé sur une placette au cœur de la braderie instillent une ambiance de fête foraine… La foule est dense et danse quand elle le peut en avançant à tout petits pas… L’enfant juchée sur les épaules de son père absorbe tout ce qu’elle peut voir, entendre, sentir… découvre des pans de réalité insoupçonnés, ressent en elle une sorte d’appel mystérieux… ses parents, qui n’achètent presque jamais rien car tout est toujours trop cher, disent qu’ils viennent à la braderie pour flâner et respirer un air de fête… elle aime qu’ils rêvent ou qu’ils s’amusent en contemplant les assemblages d’objets hétéroclites qui bordent les allées… elle n’imagine pas vraiment mais elle pressent, en laissant le flot des sensations neuves l’envahir, que d’autres mondes sont possibles…

Joie

Nous étions si fragiles…

    Hier soir, le coucher de soleil que nous avons eu la chance de pouvoir contempler était d’une beauté à couper le souffle. Louis s’est arrêté de jouer. Les autres nous ont rejoints un à un, lentement. Julie et Jordan se serraient l’un contre l’autre. Le vent avait soufflé violemment pendant plusieurs jours, et une partie des nuées s’était dissoute, à l’ouest. Pour la première fois depuis que nous avions trouvé refuge dans cet endroit, nous pouvions porter le regard au-delà des quelques arpents de terre qui constituaient désormais notre horizon quotidien. L’air autour de nous était devenu plus léger, des écharpes de vapeur blanche montaient de la terre, dans le ciel débutait un spectacle que nous n’espérions plus pouvoir admirer un jour. Le temps paraissait suspendu. Etions-nous les derniers hommes ? J’ai vu Louis se prendre la tête entre les mains, pleurer. L’émotion m’étreignait la gorge. Qui d’autre que nous contemplait le ciel à cet instant ? Pourquoi penser aux autres ? Pourquoi penser ? Je désirais seulement ressentir. Limiter ma conscience à la joie qui montait en moi à la rencontre de la lumière. Nous sommes restés silencieux, abandonnés à la dérive de nos sentiments, jusqu’à ce que la nuit nous fasse frissonner.

Le spectacle sans cesse renouvelé du ciel

Sites dédiés : Regards  & Interfaces

  

   

  

 

    

                      

 

Vanitas vanitatum !

(Récit en cours d’écriture)

     La situation n’était pas meilleure en Europe, et le désastre allait s’étendre aux pays émergents qui avaient réussi à décoller ainsi qu’aux pays les plus pauvres d’Afrique qui n’avaient pas besoin de cette ultime épreuve. Mais la fascination exercée par le spectacle de la misère au pays d’Hollywood était sans limite. Tous les rêves paraissaient s’écrouler en même temps que le rêve américain. On relisait Les Raisins de la colère, Le Bûcher des vanités, et les réseaux sociaux exhumaient des archives les vieux films que ces romans avaient inspirés. Ce n’était pas possible, on n’avait quand même pas régressé à ce stade!… Les journalistes et les intellectuels invités sur les plateaux de télévision de grande écoute rivalisaient de mauvaise foi et de bêtise. Leurs connaissances étaient superficielles, mais ils pouvaient bavarder avec beaucoup d’assurance pendant des heures, tandis que les politiques à bout de souffle reprenaient leurs analyses simplistes pour tenter de justifier leur action et d’expliquer l’inacceptable…

     Le piano de Louis 

     2064

 

La foule des Innocents

Page sombre

(Récit en cours d’écriture)

     La déroute du système financier s’accompagnait, hélas, comme toujours, de la destruction de tous les pans de la vie économique… et la foule des Innocents en payait le prix le plus élevé… Les journaux qui circulaient sur le web retransmettaient en direct les scènes de désespoir des familles qui se retrouvaient du jour au lendemain à la rue, avec, comme seul abri, les tentes que des associations de bienfaisance dressaient en toute hâte pour faire face à l’urgence humanitaire… La télé-réalité inventée à la fin du vingtième siècle inondait les écrans avec les séquences de vie filmées par des citoyens américains aux abois.

     Le piano de Louis 

     2064

Etions-nous les derniers hommes ?

  

   Hier soir, le coucher de soleil que nous avons eu la chance de pouvoir contempler était d’une beauté à couper le souffle. Louis s’est arrêté de jouer. Les autres nous ont rejoints un à un, lentement. Julie et Jordan se serraient l’un contre l’autre. Le vent avait soufflé violemment pendant plusieurs jours, et une partie des nuées s’était dissoute, à l’ouest.  Pour la première fois depuis que nous avions trouvé refuge dans cet endroit, nous pouvions porter le regard au-delà des quelques arpents de terre qui constituaient désormais notre horizon quotidien. L’air autour de nous était devenu plus léger, des écharpes de vapeur blanche montaient de la terre, dans le ciel débutait un spectacle que nous n’espérions plus pouvoir admirer un jour. Le temps paraissait suspendu. Etions-nous les derniers hommes ? J’ai vu Louis se prendre la tête entre les mains, pleurer. L’émotion m’étreignait la gorge. Qui d’autre que nous contemplait le ciel à cet instant ? Pourquoi penser aux autres ? Pourquoi penser ? Je désirais seulement ressentir. Limiter ma conscience à la joie qui montait en moi à la rencontre de la lumière. Nous sommes restés silencieux, abandonnés à la dérive de nos sentiments, jusqu’à ce que la nuit nous fasse frissonner.

     Drôle d’Histoire

     2055

Mise en scène

Un deux trois soleil les rideaux s’ouvrent spectacle le regard s’ouvre que vois-je Je avec mes yeux de l’extérieur et ceux de l’intérieur Moi en personne personne je vous le disais bien qu’il me semblait que il n’y a personne rien à voir rien ou personne personne… Jamais… Rien… Mais?…

Un deux trois soleil les rideaux s’ouvrent spectacle le regard s’ouvre naissance jeu de regard que vois-je jeux de l’extérieur  jeux de l’intérieur jeux jeux je m’amuse muses muses Je s’amuse jeux sans limite jeux interminables Je s’ennuie nuit nuit nuit profonde puits puits et puis… Et puis…

Tu m’épies? Qui es-tu? Toi? Toi? Tais-toi t’es Toi Toit toi toit au-dessus de moi qui suis-je que suis-je tu me suis tu m’épies pie pie qui fait son nid au-dessus de moi tout en haut sur mon toit toi toi pour me surveiller pour m’observer moi moi moi sous le toit et toi sur le toit de bas en haut de haut en bas tu me toises du haut du toit en ardoises pie voleuse tu me voles des fragments de vie pie voleuse tu voles de tes propres ailes et moi moi moi je t’envie je voudrais voler je ne sais pas pourquoi je me sens pousser des ailes elle elle prend son envol et je la suis des yeux si belle belle si belle en plein ciel…

Un deux trois soleil les rideaux s’ouvrent dans le ciel spectacle le vide au-dessus de moi prend forme nuages cavalcade sonorisation le vent souffle l’orage gronde spectacle en noir et blanc puis colorisation aurores boréales reflets jeux de lumière prisme qui suis-je que suis-je suis-je capable d’accéder à cette contemplation pourquoi comment scénarisation maestro bravo bravissimo quel spectacle et moi moi dans le spectacle quel rôle le rôle de celui de celle qui regarde pourquoi comment qui suis-je où vais-je  les rideaux vont retomber retombent tombent tombent au royaume des ombres mon ombre tombe tombe tombe…