non

Mozart assassiné

     Louis vient de se lancer avec virtuosité dans l’interprétation d’une sonate de Mozart. Je voudrais rester isolée à jamais dans cette bulle sonore résiduelle qui semble jeter un pont entre le temps d’avant et l’après de la gigantesque catastrophe qui a soufflé nos vies, alors que la frontière est infranchissable, alors que nous sommes dans l’impensable du plus jamais, entre désir d’oubli et déni, aux confins de la folie qui menace de nous dévorer… Mon Dieu, se peut-il ? Que nous est-il arrivé ? Est-il possible que l’esprit humain qui a été capable de cette musique nous ait conduit à l’Apocalypse ?… Non, mille fois non, nous ne sommes pas tous coupables de cette dérive qui a plongé l’Humanité dans la Nuit ! Et nous serions, nous, ici, comme les rescapés du Déluge ? L’Histoire aurait encore un sens après l’anéantissement de millions, de milliards d’êtres humains?

     Drôle d’Histoire

     2055

La vie palpitant dans le monde

Isabelle Pariente-Butterlin

Elles tournent autour de moi. Ça vibre. C’est vivant. Tes questions ! Moi, je m’y perds.

— Maman ?
— Quoi, ma puce ?
— Tu vas dire non …
— Pose ta question, sinon tu ne sauras pas !
— Mais non : tu vas dire non.
— Pourquoi tu dis ça ? Tu n’en sais rien : peut-être que je dirai oui !
— Tu vas dire oui !?
— Je ne sais pas, mon cœur, pose cette question !
— Tu voudrais bien m’acheter un doudou ?
— Attends, on avait dit « pas de cadeau » ! Et puis là, on fait les courses pour ce soir. J’ai besoin de crème fraîche. Attends une seconde.
— Maman ?
— Quoi mon cœur ?
— J’ai plus de doudou.
— Arrête, tu veux bien ?, je ne sais même plus comment les ranger. Attends deux secondes. On avait dit qu’on prenait du poisson.
— Je peux avoir des crevettes ?
— Des crevettes ? Attends, je regarde ce qu’il y a. Des petites grises ?
— Oui, c’est mes préférées. Je suis obligée de manger du poisson ?
— Ce sera bon, tu sais ? Je le ferai en papillotes.
— Il me faut une gomme pour l’école.
— Oui, tu me l’as dit trois fois déjà, on va essayer de faire dans l’ordre sinon on n’en sortira pas. Il ne faut rien oublier pour les invités, tu sais ? Il faut que tu m’aides. Fais moi penser au Safran.
— C’est quoi, le safran ?
— Tu sais, c’est poudre jaune du pistil des fleurs. Ça parfume le riz. Après il est tout jaune. C’est joli.
— Pourquoi tu fais pas des listes pour rien oublier ? Les mamans de mes copines elles en font, elles.
— Je ne sais pas, mon cœur. Pour entraîner ma mémoire peut-être et puis ça m’ennuie, de faire des listes de courses. Attends, on oublie un truc …
— On peut prendre des fraises ?
— Si tu veux, ma puce, je n’y pensais pas. C’est une bonne idée. On va voir si elles sentent bon, tu veux ?
— On a bientôt fini, Maman ? J’en ai assez moi.
— Je me demande si …
— Tu viens, Maman ?

Tes questions, comme des volutes. Tes désirs, comme des élans, quelque chose comme la vie palpitant dans le monde. C’est comme si tu le coloriais sur le fond gris des obligations.

Isabelle Pariente-Butterlin _ Licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 mai 2012.