Aller simple

Rien √† d√©clarer…

Les Cosaques des Frontières

Aller simple

La vitre‚Ķ la paroi de la vitre‚Ķ entre le paysage ext√©rieur qui s‚Äô√©loigne √† grande vitesse et les passagers assis sur leur si√®ge le nez sur leur portable ou les yeux dans le vague‚Ķ Les vitres froides‚Ķ la condensation de l‚Äôhaleine sur les vitres froides‚Ķ la main qui essuie la bu√©e, le front qui se penche, les yeux qui tentent de saisir des fragments de paysage‚Ķ les pyl√īnes strient l‚Äôespace ou l‚Äôeffacent en brouillant la vue avec des effets stroboscopiques‚Ķ le temps s‚Äôimmobilise‚Ķ plus rien n‚Äôa d‚Äôimportance ou si peu‚Ķ les gestes sont entrav√©s, les activit√©s du quotidien sont suspendues, les perceptions habituelles n‚Äôont plus cours, l‚Äôesprit est en vacance‚Ķ vite, la vie va vite‚Ķ derri√®re la vitre, la vie d√©file‚Ķ les villes, de l‚Äôautre c√īt√© de la vitre, d√©filent‚Ķ la vie, les vies dans les villes‚Ķ sensation de vitesse presque imperceptible de ce c√īt√©-ci de la vitre, rideau‚Ķ une‚Ķ

View original post 383 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonn√©es ci-dessous ou cliquez sur une ic√īne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez √† l'aide de votre compte WordPress.com. D√©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez √† l'aide de votre compte Twitter. D√©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez √† l'aide de votre compte Facebook. D√©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez √† l'aide de votre compte Google+. D√©connexion / Changer )

Connexion à %s