La chair des mots

Écrire…

Les Cosaques des Frontières

Je ne vois presque plus rien
je n’ai plus de couleurs
je ne distingue que le noir et le blanc
quelques lignes de lumière et d’ombre
nuit sombre où mon dessin se noie

Comme une photographie mémoire arrêtée visée intérieure couleurs néant (née en) noir sur fond noir autoportrait abstrait j’essaie je ne sais pas inaptitude à révéler rien ne s’imprime blanc amnésique dans le grand bain argentique émotions gelées je l’ai si souvent déclenché le moteur de l’appareil escamoteur à broyer du noir

Voici la fin du voyage, au seuil du silence
frontière redoutée, passage irréversible
regarder derrière soi, avoir envie de fuir
mourir en expirant un essaim de mots blancs

Ô voix de nulle part qui est celle de tout le monde pourquoi cette frénésie de verbiage
dans mon pays les habitants étaient économes de mots
car nous vivions à la frontière du silence

Sur la page un…

View original post 68 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s