Psychose.7

Trois quatre

grues sur une aire de terre

les pieds en l’air une brouette trois

plumes s’ébrouent

une madame Plume à son balcon secoue ses édredons

les hommes

sont au boulot
les marmots à l’école

les femmes

neurasthéniques   fumeuses
elle c’est

Sylvie   elle c’est Viviane   et elle

Fantasme

ou la cousine Bette
au Centre culturel
quand elle était elle
Fantasme a lu

Quasimodo

l’étendard s’est levé il est noir un jour

on en a planté un sur la tête à quelqu’un

quand

les blocs caserneux résonnent

et que les songe-creux divaguent

sur l’uniformité sans vagues

des murs vides
qui bétonnent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s