Grèce – Quand Juncker vote à la place du peuple !

On n'est pas des moutons

junker
Pour contrer le parti de gauche radicale Syriza, le gouvernement avec l’appui des grands médias, promet le chaos tandis que Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, déclare son attachement aux « visages familiers » des partis du naufrage grec : nouvelle Démocratie (droite) et le pasok (parti socialiste).

Le soir du 8 décembre, le premier ministre grec, Antonis Samaras, annonce, contre toute attente, que l’élection du président de la République par le Parlement grec sera avancée de deux mois pour avoir lieu entre le 17 et le 29 décembre 2014. En Grèce, si le président est nominalement le chef de l’État, la Constitution ne lui octroie quasiment aucun pouvoir. Il est élu par le Parlement et non au suffrage universel. Cependant, pour son élection, qui a lieu tous les cinq ans, il faut une majorité élargie. Lors des deux premiers tours du scrutin, il faut 200 votes sur les…

View original post 623 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s