Avec l’espoir que tu me lises un jour 9 : Aveuglement

Les Cosaques des Frontières

Blocage

Les lettres, les mots que j’écris, s’étalent comme des pirogues bleues sur le fond blanc de ce que j’ignore, au-dessus d’un abîme… Si j’écris, c’est que j’espère, si je navigue, c’est que je vis ?… Je vogue sur le liquide bleu d’une encre qui me recrée, au-dessus de grands fonds sous-marins qui recèlent une vérité cachée…

Devant moi à gauche, sur la table de camping qui me sert d’alibi (table dressée là juste le temps de trouver les mots qui sauront t’expliquer l’inexplicable) le bloc de feuilles est aux trois quarts entamé mais la corbeille à ma droite est pleine à ras-bord de la majeure partie des feuilles prélevées, que j’ai recouvertes de signes puis froissées et transformées en boules, témoins dans la corbeille de l’importance de mes doutes, de mes incertitudes, du nombre incalculable de mes regrets, de mon incapacité à dire, à nommer, à mettre en mots ce que…

View original post 343 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

w

Connexion Ă  %s