Avec l’espoir que tu me lises un jour 5 : Correspondance

Les Cosaques des Frontières

photos train

C’est un voyage étrange que j’ai commencé dans ce studio à la fenêtre duquel je me penche quelquefois comme à la fenêtre d’un train! Les cartes postales que j’ai disposées sur les murs sont l’équivalent des photos de sites touristiques qui étaient traditionnellement accrochées au-dessus des banquettes dans les voitures anciennes, mais je suis, hélas, seule, aujourd’hui, dans le compartiment…

Les mots qui me viennent à l’esprit ne rendent jamais le son juste. Mes tentatives d’explications avortent. Quand j’adopte un ton neutre qui se veut objectif, simple compte rendu de faits consignés, je me mets à ta place et je pense que tu n’en as rien à faire. Si j’évoque le comportement des membres de la famille à mon égard, j’ai peur que ma plume ne soit trempée dans le vinaigre. Quand je limite mon champ d’investigation à ma seule personne, quelle fadeur, quel ennui, quel narcissisme! Et voici qu’une…

View original post 279 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s