Si tu souffles (Lise Cassin)

Arbrealettres


Si tu souffles à mon oreille,
les mots parfumés,
de l’air des îles bleues,
j’entendrai le chant du griot
et reprendrai le rythme du poème.

Si tu ouvres pour moi,
le tiroir des mémoires,
je trouverai sous la poussière,
les sourires patients de nos feux mal éteints.

Si de nos heures fanées,
tu retiens la beauté,
je cueillerai pour toi,
une gerbe princière,
aux cimes du silence.

Si tu me contes l’histoire,
de ce roi africain,
qui dans sa solitude,
élevait des totems d’espérance,
je croirai à l’amour.

Si dans tes yeux,
je vois se refléter mon âme,
je franchirai la mort
et ferai un enfant.

(Lise Cassin)

View original post

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s