radioactivité

Le vin se changeait en eau

(Récit en cours d’écriture)

     Les grands investisseurs avaient donné le la aux petits épargnants et tous, à sauve-qui-peut, essayaient de retirer leurs avoirs au moindre mal, ce qui devint vite impossible… Les chambres de compensation n’arrivaient plus à faire le lien entre les acheteurs et les vendeurs… Les titres de propriété devenaient de la fausse monnaie… Le vin se changeait en eau, l’eau au sens propre était elle-même contaminée, les gaz de schiste et la radioactivité l’avaient empoisonnée…

     Le piano de Louis 

     2064

 

Plus vite que la peste

Page sombre

(Récit en cours d’écriture)

     Mais les habitants de Boston se groupaient pour attaquer en justice l’Etat fédéral… et des milices se constituaient pour traquer les terroristes et faire justice elles-mêmes… La perte de confiance envers les institutions comme envers les marchés se répandait plus vite que la peste…

     Le piano de Louis 

     2064

Les consciences se réveillaient

     Le pouvoir prétendait qu’il n’y avait aucun lien entre ce type d’attentat et le fonctionnement d’une centrale, comme on avait pu dire en 2011 à propos de la catastrophe de Fukushima qu’il ne s’agissait pas d’un accident nucléaire mais d’un tsunami. Ce genre de discours, alimenté par les lobbys, n’était plus accueilli avec la même candeur. Il n’y avait pas eu de catastrophe naturelle à Versailles, la zone sinistrée et vidée de ses habitants disparaissait brutalement de la carte du seul fait de la radioactivité de la matière libérée au moment de l’explosion, le novlangue devait se reprendre, reformuler, reculer. L’aspiration des gens au débat démocratique semblait retrouver de la vigueur, les consciences se réveillaient, toutes les bonnes volontés réunies pouvaient encore faire échec au monstre doux qui tentait une nouvelle fois de les anesthésier et de les neutraliser.

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

Sidération

     La population était sidérée. Tout ce qui concernait le nucléaire avait été enfoui dans l’inconscient collectif. Cet attentat qui se situait pourtant dans une certaine logique des choses et qui n’avait rien d’absolument imprévisible prenait tout le monde de court. Dans le cadre du plan Orsec, rien n’avait été prévu dans un tel cas de figure à Versailles!… Les premières réactions des pouvoirs publics furent lentes, trop lentes. Le cafouillage des premières heures détruisit le peu de confiance qui existait encore envers le gouvernement. On décida de distribuer aux gens des pastilles d’iode mais il n’y en avait pas sur place. Chaque mesure prise l’était avec un temps de retard et l’angoisse de la population exposée grandissait. Ainsi du confinement dans les maisons ou appartements, puis de l’évacuation d’une zone de trois kilomètres (pourquoi trois plutôt que deux ou quatre ou cinq?…) autour du château! Les habitants étant d’origine sociale plus privilégiée que dans d’autres secteurs de la région parisienne, une armée d’avocats se leva très vite pour dénoncer les carences de l’État et le déclarer à l’avance responsable des maladies qui seraient déclenchées par l’exposition à la radioactivité, ainsi que des pertes financières que ne manqueraient pas de subir les propriétaires de biens immobiliers, définitivement vidés de leurs occupants ou délaissés et dépréciés parce que trop proches de la zone évacuée…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

Le nucléaire, danger, culture du secret

L’EPR est le réacteur nucléaire le plus dangereux au monde en raison de sa puissance et du combustible utilisé. En cas d’accident nucléaire sur un des EPR, toute la Normandie devrait être évacuée et au bout de 48 heures, l’ensemble du territoire français serait sous un nuage toxique. Les morts se compteraient par centaines dans les premiers jours et par dizaines de milliers les années suivantes. En outre, les plans d’intervention en cas de catastrophe à Flamanville sont insuffisants. Ils ne concernent que la zone de 10 km entourant la centrale !

Ces risques de catastrophe mis à part, le fonctionnement quotidien de l’EPR est de toute façon dangereux. Ses promoteurs répètent qu’il produira un peu moins de déchets que ses prédécesseurs. Certes. Mais ils seront sept fois plus nocifs ! Le Mox utilisé par l’EPR est en effet plus radiotoxique que le combustible à l’uranium habituellement employé. Et on ne sait toujours pas quoi faire de ces déchets !

00_046                          nucléaire, non merci!

 culture du secret

les déchets nucléaires

le plutonium

l’EPR

sortir du nucléaire

1_075

1b_2692_144

3_155

4_1255_165

chantier de l’EPR

6_1717_157

dans un environnement rural

8_1599_161

et maritime

10_06711_074

11b_137

dangers

12_07713_078

 culture du secret

14_08015_082

murs d’enceinte

15b_085

16_084

identiques à ceux de l’usine de retraitement

19_18017_142

des déchets radioactifs de la Hague

18_132

située sur le nez de Jobourg

20_192

en face du port de Diélette

21_195

22_202

près duquel se construit le nouveau monstre nucléaire

23_21224_225

entrée du chantier

26_258

entouré de murs de barbelés électrifiés

27_25928_260

qui rappellent d’autres murs

29_26230_263

de la H…

31_27132_278

33_23034_231

35_28336_274

commune de Flamanville

37_28838_291

42_301

43_30244_304

45_293

 

 culture du secret

l’EPR

les déchets nucléaires

le plutonium

sortir du nucléaire