Gens de bien, gens de peu

Les Cosaques des Frontières

Notaires

Peut-être était-ce le sifflement continu des obus, ou se sentaient-ils déjà morts, les deux frères ne comprirent rien à la demande d’Edmond. Le notaire qui avait paraphé le papier officiel, ils le connaissaient. Après le décès de leur père, lorqu’ils avaient dû régler les problèmes de succession dans le cadre austère et solennel de son office, sous la garde d’une « Justice » qui veillait à l’équilibre des plateaux d’une balance paraissant garantir l’impartialité de l’homme de loi, ce dernier leur avait présenté ses condoléances, fait l’éloge du défunt, les avait assurés enfin de son entier dévouement.

Assurément, il fallait faciliter la tâche d’Edmond. Sans lui… L’avenir de leur mère, de leurs femmes et du premier né de Charles (deux ans en 1914, il ne connaissait pas son père) au moins, serait préservé… Ils signèrent la requête dont ils ignoraient la teneur exacte, à peine savaient-ils lire et écrire (ce qui n’était…

View original post 904 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s