Destins

Les Cosaques des Frontières

une-peniche- 1

_ ‚Äú Quand je pense, Julien, que je serais encore √† bord avec toi, maintenant‚Ķ Tu serais devenu le capitaine et moi le moussaillon! Au lieu de vendre la p√©niche comme on vend son √Ęme au diable ou comme on se d√©barrasse d‚Äôun vieux machin qui n‚Äôen a pas, justement, d‚Äô√Ęme, j‚Äôaurais eu la joie de te la donner, de te la l√©guer¬†; la p√©niche, c‚Äô√©tait l‚Äôinstrument de ta libert√©¬†! ‚ÄĚ

Julien se raidit. Victor l‚Äôavait embarqu√© tant de fois √† bord de sa p√©niche depuis le jour m√©morable o√Ļ il l‚Äôavait sauv√© de la noyade en lui tendant une longue perche qui servait √† maneuvrer le bateau! Mais les ann√©es qui venaient de s‚Äô√©couler l‚Äôavaient endurci et les vieilles histoires ressass√©es par Victor ne le concernaient plus, en d√©pit de la douleur insidieuse qui se manifestait encore √† l‚Äô√©vocation du paradis perdu‚Ķ

De Bruges à Valenciennes, de Saint-Quentin à…

View original post 580 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonn√©es ci-dessous ou cliquez sur une ic√īne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez √† l'aide de votre compte WordPress.com. D√©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez √† l'aide de votre compte Twitter. D√©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez √† l'aide de votre compte Facebook. D√©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez √† l'aide de votre compte Google+. D√©connexion / Changer )

Connexion à %s