Destins

Les Cosaques des Frontières

une-peniche- 1

_ “ Quand je pense, Julien, que je serais encore à bord avec toi, maintenant… Tu serais devenu le capitaine et moi le moussaillon! Au lieu de vendre la péniche comme on vend son âme au diable ou comme on se débarrasse d’un vieux machin qui n’en a pas, justement, d’âme, j’aurais eu la joie de te la donner, de te la léguer ; la péniche, c’était l’instrument de ta liberté ! ”

Julien se raidit. Victor l’avait embarqué tant de fois à bord de sa péniche depuis le jour mémorable où il l’avait sauvé de la noyade en lui tendant une longue perche qui servait à maneuvrer le bateau! Mais les années qui venaient de s’écouler l’avaient endurci et les vieilles histoires ressassées par Victor ne le concernaient plus, en dépit de la douleur insidieuse qui se manifestait encore à l’évocation du paradis perdu…

De Bruges à Valenciennes, de Saint-Quentin à…

View original post 580 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s