infernal

Assignés à résidence

Nous étions si fragiles…

    Le moteur de ce pays avait été la liberté mais jamais l’égalité, alors que, sans elle, la liberté ne peut être qu’un privilège exercé abusivement par les plus forts au détriment des plus faibles. Les pauvres étaient contraints de rester sur place, ils n’avaient pas les moyens de se déplacer et de recommencer ailleurs une vie nouvelle, ils étaient assignés à résidence – le contraire de la liberté! – parce que la société américaine leur avait toujours refusé des conditions d’existence décentes. Ils avaient été pris au piège d’une spirale infernale, comment envisager une vie meilleure quand chaque dollar gagné permet seulement de survivre? Le prétendu plein-emploi atteint par les Etats-Unis et admiré par les pays de l’OCDE gangrenés par le chômage avait caché depuis la grande crise financière de 2008 une précarité de plus en plus redoutable des travailleurs pauvres, obligés de cumuler plusieurs petits boulots de nuit comme de jour pour des salaires de misère ne leur permettant même pas de louer un logement… ils vivaient dans des motels, de vieilles caravanes ou sous des tentes! C’était cette réalité-là que le reste du monde ébahi découvrait soudain sur les écrans qui transmettaient en boucle des images de Boston irradiée, commentées avec plus ou moins de pertinence par les experts que cooptaient les chaînes d’information pour meubler le flux ininterrompu de leurs reportages accablants…

Un espion venu du froid

Nous étions si fragiles…

    Les déclarations étranges de Martens, son comportement décalé, la capacité qu’il avait de s’abstraire subitement d’une conversation comme s’il s’envolait dans un ailleurs inconnu à des années-lumière de notre monde, permettaient de brosser un portrait de lui qui ressemblait fortement à celui d’un extra-terrestre, et certains médias friands de sensationnel n’avaient pas hésité à en faire effectivement un espion venu du froid des grandes profondeurs galactiques, franchissant ainsi le pas, pour le plus grand plaisir de leurs lecteurs avides d’histoires qui les sortaient d’un quotidien morne et triste, de la science-fiction… Pour ma part, j’avais forgé quelques hypothèses moins farfelues mais in fine non moins étonnantes que Jean-François avait balayées d’un immense éclat de rire quand j’avais essayé de lui faire partager les éléments sur lesquels reposait ma réflexion quant à ce mystérieux pays d’où venait Martens… Il n’empêche, tout aussi incroyable que cela puisse paraître, il n’est pas impossible que… mais peut-être Jean-François avait-t-il par la suite exploré cette piste sans m’en parler (secret défense!) ?… J’ai sans doute rêvé toute cette histoire, le charme de Martens aurait opéré sur moi une sorte de fascination capable de donner vie à des simulacres et de faire émerger du néant des mondes fantasmagoriques? Etrange pouvoir de la séduction exercée par un homme particulièrement beau que les foules ne parvenaient pas à diaboliser malgré les circonstances de son arrestation?… D’une certaine façon, nous étions tous fous… embarqués dans la machine infernale d’un monde détraqué dont plus personne n’était capable de tenir la barre! Les mêmes postures et les mêmes impostures issues d’une Matrice dont plus personne ne connaissait l’origine se dupliquaient à l’infini d’un bout à l’autre de la planète en engendrant partout le même type de réponse surréaliste à des situations réelles qui confinaient au désastre! La Parole de la pensée Unique diffusait ses drogues anesthésiantes dans le corps entier de l’Humanité qui ne trouvait plus en elle assez de force pour lutter contre son anéantissement…