croyance

Les archives de l’Univers

LA REVENANTE

Atelier d’écriture de François Bon

Mes contributions

     La mort est à chaque coin de rue. Un nom, deux dates, naissance-décès. La Ville balise son territoire en posant des écriteaux sur les murs comme sur une tombe. Les grands axes ont des noms de défunt-e-s d’envergure nationale, les rues de moindre importance des noms de personnalités locales souvent inconnues des flâneurs, qui s’amusent à calculer le nombre d’années qu’il leur resterait à vivre s’ils mouraient au même âge… Les bâtiments publics rendent également hommage à des personnages illustres qui ne sont plus de ce monde. Ecole Jean Macé, collège Jules Verne, lycée Paul Hazard, centre culturel Malraux, centre social Guynemer, musée Puvis de Chavannes, bibliothèque Marguerite Audoux, gymnase Pierre de Coubertin, aéroport Saint-Exupéry… cette mise en lumière dans l’obscurité de la mort confère à celle-ci une sorte de halo qui la rendrait presque désirable. La vérité de la mort est dans sa dématérialisation. Omniprésente et invisible, elle se fréquente dès les premières années d’école dans les cours d’histoire et de littérature, dans les musées, dans les livres des librairies ou des bibliothèques. La mort est une idée, une pensée, un tableau, une sculpture, un legs dont se nourrit la mémoire des vivants. En un sens, toute la Ville est un cimetière. Dans les quartiers historiques, ce sont des noms génériques de métiers ou de fonctions ayant trait à la vie courante qui tentent de ressusciter les populations anciennes. Rue des Tanneurs, des Tonneliers, des Drapiers, de la Ganterie, de la Verrerie, de l’Abreuvoir, de la Fontaine, du Change, des Enfants Rouges… une foule anonyme bat le pavé depuis les siècles des siècles! Imaginer un observateur installé à la bonne distance dans le cosmos et muni d’un télescope adéquat pour voir d’un seul coup d’œil l’ensemble des habitants ou des visiteurs qui ont arpenté les rues de la Ville depuis son origine! L’empreinte photoélectrique de chaque être vivant serait inscrite à jamais dans les archives de l’Univers, l’observateur-démiurge pourrait rembobiner le film, le projeter autant qu’il le souhaite, positionner le curseur à un endroit précis de l’espace-temps, avancer, reculer, arrêter l’image, la cloner, lui insuffler de la vie, réanimer les morts, redémarrer le cours de l’Histoire, réinventer le monde?… Une constellation d’étoiles ayant la forme d’une ville serait visible au cours des nuits les plus claires de l’été. Un simple regard dirigé vers ce coin du ciel établirait un contact avec les morts réduits à leur empreinte photoélectrique. Ils se laisseraient transporter par le regard des vivants pour revenir sur les lieux de leur vie antérieure. Il circule tant de croyances au sujet de la mort…

Dissensions

     Personne n’esquive l’effort à fournir, mais la plupart d’entre nous, moi inclus, sommes d’humeur moins égale et la résistance physique fait parfois défaut. C’est alors que se produisent les étincelles qui pourraient faire flamber notre entente. Chacun de nous le sait et s’entraîne à déjouer les pièges, mais nous ne réussissons pas toujours… Les réflexes reprennent le dessus, il y a des engueulades, on en vient aux mains. Norman, en général, s’interpose et s’il n’est pas là au moment du pugilat, on va le chercher. Il se dégage de lui une sorte d’autorité naturelle qui en impose mais qui agace Xavier. Comme Luc, mais pour de tout autres motifs, Xavier traque chez nous ce qu’il y a d’infantilisant. Avoir besoin d’un chef est pour lui un signe patent d’immaturité. Le conflit initial arbitré par Norman débouche trop souvent sur des joutes verbales entre les partisans de l’un et de l’autre pour défendre un mode d’organisation hiérarchisé ou libertaire. Manifestement, la synthèse est difficile. Les disputes banales sont plus faciles à régler que les conflits nés de ces discussions qui mettent en jeu un noyau dur de convictions qui semblent relever de la croyance religieuse. En défendant leur point de vue bec et ongles, Norman et Xavier prennent le risque de nous diviser en deux clans hostiles qui pourraient rendre notre vie à tous, ici, encore plus difficile. Heureusement, comme Mia et Ghali, Sylvain et Louis ont la douceur des bergers. Ils nous montrent un chemin plus souriant…

     Ecrit depuis l’avenir

     2064