Boston

Assignés à résidence

Nous étions si fragiles…

    Le moteur de ce pays avait été la liberté mais jamais l’égalité, alors que, sans elle, la liberté ne peut être qu’un privilège exercé abusivement par les plus forts au détriment des plus faibles. Les pauvres étaient contraints de rester sur place, ils n’avaient pas les moyens de se déplacer et de recommencer ailleurs une vie nouvelle, ils étaient assignés à résidence – le contraire de la liberté! – parce que la société américaine leur avait toujours refusé des conditions d’existence décentes. Ils avaient été pris au piège d’une spirale infernale, comment envisager une vie meilleure quand chaque dollar gagné permet seulement de survivre? Le prétendu plein-emploi atteint par les Etats-Unis et admiré par les pays de l’OCDE gangrenés par le chômage avait caché depuis la grande crise financière de 2008 une précarité de plus en plus redoutable des travailleurs pauvres, obligés de cumuler plusieurs petits boulots de nuit comme de jour pour des salaires de misère ne leur permettant même pas de louer un logement… ils vivaient dans des motels, de vieilles caravanes ou sous des tentes! C’était cette réalité-là que le reste du monde ébahi découvrait soudain sur les écrans qui transmettaient en boucle des images de Boston irradiée, commentées avec plus ou moins de pertinence par les experts que cooptaient les chaînes d’information pour meubler le flux ininterrompu de leurs reportages accablants…

Panique

Nous étions si fragiles…

    Les premières déclarations des Autorités s’étaient voulues rassurantes mais, en réalité, aucun plan de secours ne semblait avoir été prévu, malgré la centaine d’attentats nucléaires déjà commis dans le monde. Les pompiers n’étaient pas équipés pour ce type de catastrophe et les hôpitaux non plus! Des soldats patrouillaient avec de drôles de scaphandres qui auraient pu figurer dans des films du siècle dernier, l’armée fédérale appelée en renfort mettait en application des protocoles qui dataient de la guerre froide! Les gens ne comprenaient pas ce qui leur arrivait et le désarroi des professionnels du secours aggravait leur angoisse. La police avait du mal à canaliser les scènes de panique. Tous ceux qui le pouvaient partaient à l’autre bout du pays, vers le sud ou vers l’ouest. Pour les autres, il fallait mettre sur pied des campements de fortune et les approvisionner en eau et en nourriture. Une amie américaine journaliste m’envoyait quotidiennement une copie de ses articles avec des photos qui montraient des situations de détresse incroyables que personne n’aurait imaginé possibles en Occident en plein vingt-et-unième siècle! Il y avait bien une certaine mixité sociale à l’œuvre dans le South End, mais les conséquences de l’attentat nucléaire de Boston dévoilaient le gouffre qui séparait les composantes aisées de la population de ses fractions les plus pauvres, jeunes au chômage, gays, femmes seules avec enfants, minorités ethniques. Les plus riches avaient quitté au plus vite les zones contaminées, tandis que les plus pauvres s’entassaient dans les camps dressés à la hâte. Les hommes, les femmes et les enfants que photographiaient ou filmaient les reporters accourus des quatre coins de la planète sur les lieux du drame avaient le plus souvent la peau noire ou basanée! Le vrai visage des Etats-Unis ainsi révélé ne correspondait pas aux belles images hollywoodiennes que continuait de véhiculer, bon an mal an, le mythe d’une Amérique unie et prospère offrant sa chance à quiconque voulait la saisir…

Boston, ville morte

Nous étions si fragiles…

    Boston, en l’espace de quelques heures, était devenue une ville morte. A seulement trois cents et six cents kilomètres du drame, New-York et Washington craignaient les retombées radioactives et la contagion de la panique. Le monde entier était une nouvelle fois plongé dans la sidération, et pendant plusieurs jours, comme en 2001, les premières images du drame ont tourné en boucle sur les écrans de toutes les chaînes de télévision traditionnelles et de tous les sites d’information qui s’étaient créés depuis sur la Toile. Les réseaux sociaux étaient saturés et la téléphonie mobile débordée par les appels. Des bouchons monstrueux ralentissaient ou interrompaient pendant de longs moments les échanges véhiculés par Internet. La vie se pétrifiait… les spectres d’Hiroshima et de Nagasaki étaient dans toutes les têtes… La bombe atomique était revenue frapper comme un boomerang la puissance américaine déclinante, mais personne n’aurait songé à faire remonter jusqu’à elle la chaîne des responsabilités de ce massacre nucléaire qui était la pire épreuve de son histoire récente…

Volonté de puissance

Nous étions si fragiles…

    Le monde était devenu fou, mais cette démence avait commencé bien longtemps auparavant, sans doute au moment de l’utilisation des premières armes chimiques pendant la première guerre mondiale, quand la lutte loyale (?) entre combattants avait été pervertie par l’emploi de gaz détruisant massivement l’adversaire… Cette volonté de puissance dévoyée avait inauguré un processus effroyable qui aboutirait à la destruction de l’Humanité tout entière un siècle et demi plus tard!… Comment avions-nous pu en prendre le risque?… Comment avions-nous pu être capables d’exposer les populations du monde entier au danger nucléaire en faisant comme si nous étions en mesure de le contrôler?… Comment avoir osé croire en notre toute-puissance comme si nous étions des dieux?… En un sens, nous ressemblions aux djihadistes islamistes qui prétendaient agir en accomplissant la volonté d’Allah et s’attribuaient le droit de tuer en son nom. L’énergie atomique nous avait rendus, nous aussi, maîtres de la vie et de la mort!… Eux détruisaient et tuaient pour établir le régime du Califat sur toute la planète, nous, nous avions ouvert la boîte de Pandore des outils de destruction massive dont ils n’hésitaient plus à se servir, prenant la suite de ce que nous avions commencé de faire au vingtième siècle… L’attentat de Boston avait été rapidement revendiqué par les héritiers d’Al Quaida, qui faisaient circuler sur le web des vidéos sinistres dans lesquelles on les voyait hurler leur fierté d’avoir renouvelé sur le sol américain l’exploit commis par leurs aînés le 11 septembre 2001… Comme l’Hydre de Lerne, le fascisme islamiste avait toujours une nouvelle tête qui repoussait!…

13 Mars 2040

Nous étions si fragiles…

    L’arrestation de Martens, le 13 mars 2040, était passée inaperçue dans un contexte complètement hystérique. Une bombe atomique venait d’exploser dans le centre de Boston, faisant des dizaines de milliers de morts et de blessés. C’était l’attentat nucléaire le plus terrible qui ait jamais eu lieu sur un territoire urbain depuis le premier de la série commis à Versailles le 11 septembre 2022…

Plus vite que la peste

Page sombre

(Récit en cours d’écriture)

     Mais les habitants de Boston se groupaient pour attaquer en justice l’Etat fédéral… et des milices se constituaient pour traquer les terroristes et faire justice elles-mêmes… La perte de confiance envers les institutions comme envers les marchés se répandait plus vite que la peste…

     Le piano de Louis 

     2064

Une espionne pour débusquer l’espion

     Les événements dramatiques du 13 mars mobilisaient toutes les forces des services de renseignement. La peur d’une réplique de l’attentat de Boston accélérait les enquêtes et levait certains freins. Jean-François Dutour n’eut aucun mal à faire passer Martin du statut de vraisemblable trafiquant à celui de terroriste potentiel. Mais après plusieurs mois de recherches, on n’avait toujours pas contre lui le moindre début de preuve. C’est alors que Jean-François eut l’idée de faire de moi une espionne pour débusquer l’espion en m’autorisant à lui rendre visite dans sa cellule…

     Le piano de Louis

     2064

 

Comme un boomerang

    Page sombre

(Récit en cours d’écriture)

     La vie se pétrifiait… Les spectres d’Hiroshima et de Nagasaki étaient dans toutes les têtes… La bombe atomique était revenue frapper comme un boomerang la puissance américaine déclinante, mais personne n’aurait songé à faire remonter jusqu’à elle la chaîne des responsabilités de ce massacre nucléaire qui était la pire épreuve de son histoire récente… L’attentat avait été rapidement revendiqué par les héritiers d’Al Quaïda et de l’Organisation de l’état islamique. Comme l’Hydre de Lerne, le fascisme terroriste islamiste avait toujours une nouvelle tête qui repoussait…

     Le piano de Louis 

     2064

 

Une ville morte

(Récit en cours d’écriture)

     C’était l’attentat nucléaire le plus terrible qui ait jamais eu lieu sur un territoire urbain depuis le premier en date à Versailles en 2020. Les Autorités assuraient que les personnes irradiées avaient pu être prises en charge dans les hôpitaux de la région. Le reste de la population avait été évacué dans l’urgence. Boston, en l’espace de quelques heures, était devenue une ville morte.

     Le piano de Louis 

     2064

 

L’arrestation de Martin

(Récit en cours d’écriture)

     L’arrestation de Martin, le 13 mars 2044, était passée inaperçue dans un contexte complètement hystérique. Une bombe atomique venait d’exploser dans le centre de Boston, faisant des dizaines de milliers de morts et de blessés.

     Le piano de Louis 

     2064