Main de fer dans un gant de velours

Nous étions si fragiles…

    Marion Maréchal-Le Pen avait eu l’habileté de ne pas donner suite au projet macronien d’interdire toutes les manifestations de rue contre lequel s’était insurgée, dans un sursaut républicain, l’opinion publique unanime. Elle se démarquait ainsi de l’image négative laissée par sa tante, et donnait le sentiment que le Rassemblement National n’était, somme toute, pas plus à craindre que les partis qui se prétendaient progressistes, centristes ou républicains. Comme les politiques menées sur les questions identitaires et migratoires étaient depuis longtemps plus dures et intransigeantes les unes que les autres, la nouvelle Présidente se fondait dans un paysage qui lui était plutôt favorable. Sa politique sociale relativement bienveillante tranchait même avec les années Wauquiez et Macron. Elle avait d’emblée mené une politique économique protectionniste qui avait remporté quelques succès (le chômage baissait, les recettes de l’Etat étaient meilleures grâce à la rentrée de nouveaux impôts et de nouvelles cotisations) sur lesquels elle comptait s’appuyer pour assurer sa réélection en 2042. Main de fer dans un gant de velours, elle avançait ses pions tranquillement, dans un pays qui paraissait apaisé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.