Vivant…

Nous étions si fragiles…

    Je n’écris évidemment pas pour Luc, je n’écris pour personne…. Est-il possible d’être encore vivant?… Moi, je fais semblant. Et les autres? En fuyant à sauve-qui-peut sur les routes, plusieurs d’entre nous ont sauvé des enfants. Ils sont dix-neuf, âgés de trois à dix-sept ans. Les plus petits sont désarmants. Ils se donnent tout entiers à leurs jeux, rient, pleurent, se laissent consoler, nous font confiance. J’ai les faveurs d’une petite Marie… quand elle m’embrasse, je dois retenir mes larmes…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.