La peur monta d’un cran

     Trois jours seulement après l’attentat de Versailles, une autre bombinette atomique explosait à l’intérieur de l’enceinte de la centrale nucléaire de Charleroi, en Belgique. Le nombre de victimes, cette fois encore, était relativement faible et les dégâts matériels, limités, mais ce nouvel attentat annonçait une escalade qui risquait de finir très, très mal… En 2016, déjà, un vigile de la centrale avait été tué et son pass volé. Les terroristes avaient donc réussi à déjouer les mesures de sécurité draconiennes censées avoir été mises en place dans toutes les centrales à partir de cette date? La peur monta d’un cran, et toutes les questions refoulées commencèrent à remonter à la surface.

     Ecrit depuis l’avenir

     2064

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s